Share

EDITO

31/5/2021

SIGNE DE CONTRADICTION

Au milieu du mois de mai, la crise migratoire s’invite de nouveau sur nos écrans tv et dans les pages de nos journaux : des milliers de personnes, surtout des jeunes, arrivent en quelques heures dans l’enclave espagnole de Ceuta, sur la côte méditerranéenne du Maroc. A pieds ou en canot, par vagues entières qui dépassent rapidement les murs couronnés de barbelés et submergent la Guardia Civil, ces migrants, savamment « lâchés » par les autorités marocaines qui les gardaient dans des camps de transit, sont donc « autorisés » à rechercher leur salut dans le territoire d’un Etat membre de l’Union européenne.

Des refoulements par milliers s’ensuivent, dans un climat délétère : ces opérations sont organisées à la hâte, sans égards pour celles et ceux qui pourraient invoquer de bonnes raisons pour rester en Europe, des dizaines de mineurs demeurent sur le territoire espagnol sans garantie d’une prise en charge respectueuse de leur condition et de leurs droits, les évêques espagnols demandent à leurs autorités d’ « accueillir intégralement les migrants ».

Force est de constater qu’une fois de plus, un Etat, le Maroc, exploite les migrants présents sur son territoire, pour exercer une pression politique sur un autre Etat, en vue d’avantages ou d’un  règlement qui lui soit favorable d’une querelle dans laquelle il est impliqué. Auparavant, la Turquie en avait fait de même avec la Grèce, tout comme la Lybie avec l’Italie, en vue d’obtenir des fonds, des avancées diplomatiques, un traitement de faveur sur un contentieux ouvert avec l’Union européenne.

Oui, les migrants deviennent monnaie d’échange, pièces à jeter sur le tapis vert d’une roulette dans laquelle la bille peut s’arrêter sur la case « vie » ou la case « mort » avec le plein assentiment des joueurs. Et tant pis si au lieu de débarquer, ces « migrants » échouent au fond de la Méditerranée, s’ils sont refoulés sans pitié, si l’avantage espéré n’est pas obtenu au bout de quelques jours ou d’une semaine. De la « chair à bateau » il en restera toujours assez pour remettre ça dans quelques semaines ou mois, quand une nouvelle crise pointera et il sera utile de jeter quelques centaines de vies humaines sur la table pour avoir enfin gain de cause.

Le cynisme des gouvernants qui ouvrent les « vannes » des migrants n’a d’égal que la pusillanimité des gouvernants qui, en face d’eux, craignent les réactions d’un électorat, savamment manipulé par des faiseurs d’opinion qui voient en chaque migrant accueilli un terroriste en puissance, un adepte de trafics innommables, un fraudeur aux assurances sociales, un profiteur des aides qui sont chichement administrées aux citoyens du pays. Les chiffres sont là pour montrer, si besoin était, qu’il n’en est rien, mais les croyances ont la vie dure : non, tous les migrants ne sont ni terroristes ni fainéants, si accueillis ils parviennent à s’en sortir, si correctement aidés (langue, toit, formation) ils sont un puissant facteur de progrès social et oui, ils travaillent aussi dur, souvent dans les emplois délaissés par les « nationaux ».

Le climat actuel, avec les inquiétudes liées à la maîtrise de la pandémie et l’imminence d’élections régionales puis présidentielles, ne facilite pas l’adoption d’une attitude raisonnée et aussi courageuse face au phénomène migratoire. Or, les « pauvres » migrants (Marc 14, 7) seront toujours avec nous, pour une foule de raisons : ils sont le « signe de contradiction » qui nous ramène à ce que nous sommes, des frères qui s’ignorent. Ouvrons nos yeux, et comme la policière de Ceuta, ouvrons à l’autre nos bras et nos cœurs : j’étais migrant et vous m’avez accueilli.

Alfonso Zardi, Délégué général

Share

Actualités Internationales

11/6/2021
Devenons la «génération de la restauration»

«Puissions-nous trouver notre juste place en tant que “génération de la restauration”»: tel est l’appel du Pape François contenu dans le message écrit à l’occasion du lancement de l’«UN Decade on Ecosystem Restoration», une initiative des Nations unies en vue d’une décennie d’engagement pour éviter, enrayer et inverser la dégradation des écosystèmes au niveau mondial. Le message a été rendu public le vendredi 4 juin, veille de la Journée mondiale de l’environnement.

Share
⊲ Lire l'article


26/5/2021
Plateforme d’action Laudato si’ : «Pour réaliser la vision écologique intégrale»

La Plateforme d’action Laudato si’ est « un voyage pour réaliser la vision écologique intégrale » de l’encyclique du pape François, explique p. Joshtrom Isaac Kureethadam, coordinateur de la Section « Écologie et Création » du Dicastère pour la promotion du développement humain intégral: C’est « un voyage vers la durabilité totale dans l’esprit de […]

Share
⊲ Lire l'article


19/5/2021
Utilisons l’art pour dire ‘non’ aux armes nucléaires !

Faites-le seul, faites-le en équipe! Les groupes et les entrées uniques sont les bienvenus.
C’est votre chance de convaincre le monde de se libérer des armes nucléaires grâce à votre art!

Share
⊲ Lire l'article


19/5/2021
Prière Oecuménique pour l’Europe : 21 mai 2021

A l’occasion du « mois de l’Europe » et dans le prolongement de la journée du 9 mai, qui a vu le lancement de la grande consultation citoyenne sur l’avenir de l’Europe, la Commission des Episcopats de la Communauté européenne (COMECE) et la Conférence des Eglises Chrétiennes (CEC) invitent à une prière œcuménique « en ligne » le vendredi […]

Share
⊲ Lire l'article


18/5/2021
Un appel de Kairos Palestine pour le retour du calme et la paix à Jérusalem et Gaza

Face à l’intensification des violences en Israël et à Gaza, Kairos Palestine, le plus grand mouvement chrétien palestinien non-violent œcuménique, demande au Saint Siège, au Conseil oecuménique des Eglises et aux dirigeants des Eglises du monde entier d’intervenir pour arrêter la guerre et rétablir la justice. Dans un appel urgent publié le 14 mai, Kairos […]

Share
⊲ Lire l'article


17/5/2021
16 mai : Une marche pour la Journée mondiale du vivre ensemble en paix

A l’occasion de la Journée Internationale pour le Vivre-Ensemble en Paix (JIVEP) du 16 mai, Pax Christi a participé en tant qu’observateur solidaire à une marche organisée par le collectif d’associations interconvictionnelles du Grand Paris (CINPA) réunissant de nombreux acteurs souhaitant joindre leur voix pour réclamer le droit pour tous à vivre en paix et […]

Share
⊲ Lire l'article