28/4/2017

28 avril 2017 : Le Grand Iman de Al Azhar et le pape François au Caire


Le vendredi 28 avril 2017 le pape François participait lors de sa visite de deux jours au Caire à la Conférence internationale de la Paix préparée par les autorités du pays et le Vatican.



 

 

 

Le vendredi 28 avril  2017 le pape François participait lors de sa visite de deux jours au Caire à la Conférence internationale de la Paix  préparée par les autorités du pays et le Vatican.

 

 

Deux interventions inédites ont donné lieu à deux conférences. Celle du Grand Iman El Tayeb Président de l’université sunnite Al Azhar du Caire, et celle du pape François sur les enjeux de la paix dans ce Moyen Orient d’aujourd’hui.

 

Saluée comme une visite historique par le grand iman, précédée d’une minute de silence pour toutes les victimes du terrorisme de ces dernières années, le propos de ce dernier est grave, solennel. Ignorer la mission au service de la paix loin des accords de l’ONU, et de la défense des Droits Humains Internationaux reste le défi majeur du XX ème siècle comme “un appel déçu du paradis perdu “de la foi disloquée par la jungle d’ intérêts opposés qui les combattent.

 

Le grand iman évoque le désir universel de la sagesse des hommes aspirant à la paix détournée par l’interprétation frauduleuse des acteurs de violence et de haine, allusion à l’histoire antique de l’égypte, terre de sagesse et de civilisation, soulignant que l’islam religieux n’a jamais voulu prôner la haine ni la violence, qu’aucune religion, juive, chrétienne ne se nourrit de cette inversion des valeurs religieuses autant de déviations fausses de leur mission…

 

Le Grand Iman lance un appel solennel à demander le respect de la pensée des autres croyances, à la promotion des valeurs familiales, le refus du radicalisme sous couvert de religion et le retour au dialogue avec tout un chacun dans ses différences mêmes.. Sans doute à ses coreligionnaires du Moyen Orient en premier où Al Azhar exerce une influence majeure chez les musulmans sunnites…

 

 

 La veine biblique du pape François

 

La teneur des propos du pape François s’inscrit dans la veine historique de la Bible, et de l’Egypte, dans sa glorieuse histoire civilisatrice et d’alliance des cultures de cette terre des pharaons.

 

La lumière de la connaissance antique a illuminé l’intelligence des hommes du passé, elle doit illuminer aujourd’hui le labeur de ceux qui s’en inspirent pour restaurer par l’éducation, et la religion les rapports des contemporains irradiés par ce soleil de transcendance qui élève et inspire le travail de l’esprit et des coeurs. (allusion au soleil ra ou ré de la religion antique du pays qui conduit le cours de la vie sur ce Nil de la mémoire que l’homme emprunte sur une barque  solaire au long de son destin)

 

L’image du Sinai, montagne sacrée de cette terre permit au pape François de rappeler la symbolique interreligieuse qu’elle représente dans la bible et le coran pour nouer entre le ciel et la terre les oeuvres des hommes et de l’Eternel qui conjuguent les  bénéfices obtenus par le travail de ceux des hommes qui s’en rapprochent.

 

Un NON à la violence religieuse, au NOM de dieu rappelé par le pape François demandant aux croyants des deux confessions religieuses de prier les uns pour les autres, et d’unir tous les efforts possibles pour renouer le sens de la civilisation du passé et le désir de l’alliance des hommes aujourd’hui. Figure contemporaine de saint François cultivant la fraternité et le dialogue avec le sultan de son temps toujours d’une actualité permanente..(allusion évidente à l’influence d’Alexandrie dans le cours de l’histoire de l’Egypte et de l’Eglise copte dans ses origines)

 

sans laquelle les différences et les oppositions nationales deviennent des frontières interdites au dialogue et aux échanges.

 

Les images utilisées du Ciel de la transcendance, du Mont Sinai, des arbres qui s’élèvent vers le sommet de l’univers, donnent au propos du pape françois sa dimension et son amplitude au delà de l’Egypte d’hier vers le pays influent du moyen orient aujourd’hui dans les relations et le réseau de ses influences possibles sur ses voisins.

 

La référence explicite aux armes de mort, au risque de les utiliser dès lors qu’ils demeurent en réserve est un autre aspect de son discours dans ce Moyen Orient poudrière si prompt à ces usages.

 

 

Une constante de la Diplomatie Vaticane et particulièrement du pape François qui distille sans renoncement depuis son accession à la papauté la défense de la Paix Bien Commun auprès de tous les artisans de Paix en toutes les religions du monde..

 l’Egypte doit demeurer enfin citant le    pape le    pays référenciel   de   la recherche de la paix pour son usage et pour l’Orient dans la tradition de civilisation qui fut sienne au Moyen Age et peut le redevenir selon l’intention partagée des religieux quand   ils  mettent  en commun leurs efforts pour y tendre de leur bon désir.

 

 

 «  Ensemble, (…) redisons un “non” fort et clair à toute forme de violence, de vengeance et de haine commises au nom de la religion ou au nom de Dieu »

 

 

 

Fidèle aux conférences voulues et promues par le Vatican dans ces pays en guerre en faveur de la paix, la conférence internationale de la paix du Caire  donne le ton de la diplomatie du pape François qui s’investit sur des domaines inattendus jusque dans ces terres étrangères à ses influences religieuses directes mais nourries par capillarité par la culture de la paix universelle

 

Père Esponde

Pax Christi Bayonne