10/12/2015

Appel à l’action de la part des chefs religieux aux pourparlers de l’ONU sur le climat


Plus de 20 chefs religieux réunis à la COP21 à Paris se sont assis en compagnie de jeunes et de représentants de la vie politique et civile à l’occasion d’un déjeuner bien particulier, où seuls les couteaux et fourchettes figuraient au menu, lors d’une manifestation publique destinée à montrer leur faim pour une justice climatique. Cet exploit s’est déroulé le 1er décembre 2015 à Paris dans le cadre des initiatives du Jeûne pour le climat.



Plus de 20 chefs religieux réunis à la COP21 se sont assis en compagnie de jeunes et de représentants de la vie politique et civile à l’occasion d’un déjeuner bien particulier, où seuls les couteaux et fourchettes figuraient au menu, lors d’une manifestation publique destinée à montrer leur faim pour une justice climatique. Cet exploit s’est déroulé le 1er décembre à Paris dans le cadre des initiatives du Jeûne pour le climat.

 

Yeb Saño, ex-négociateur en chef des Philippines sur le climat, S.E. Thabo Makgoba, archevêque de Cape Town, et l’imam Ibrahim Saidy de Norvège figuraient parmi les «convives» prenant part au Jeûne pour le climat au sommet de Paris sur le climat.

 

Grâce à cet événement, les militants ont pu exprimer aux journalistes présents et aux délégués de la COP la raison pour laquelle ils se sont abstenus de toute nourriture: pour se montrer solidaires des communautés les plus affectées par le réchauffement climatique et lancer un appel convaincant à la justice climatique.

 

D’autres chefs religieux étaient assis à cette table dégarnie dont l’archevêque Antje Jackelén, primat de l’Église de Suède, membre du Conseil œcuménique des Églises (COE), le Très Révérend évêque de Salisbury, Nick Holtam, et le pasteur Martin Junge, secrétaire général de la Fédération luthérienne mondiale (LWF).

Ils ont en compagnie de 10 000 personnes sur la planète pris part à cette initiative mondiale qui se déroule le 1er de chaque mois. Outre cette manifestation, la campagne Jeûne pour le climat à la COP21 comportait un événement parallèle à la conférence sur le climat et la célébration de la levée du jeûne.

 

Commentant cette initiative interreligieuse, le pasteur Junge a souligné la dimension spirituelle du jeûne. « Depuis des temps immémoriaux, nous jeûnons pour le renouveau en aérant nos esprits et nos cœurs. Alors, lorsque je jeûne pour le climat, je recherche d’abord cet espace mental pour me concentrer très fortement sur les gens qui souffrent le plus en raison des changements climatiques », a dit le dirigeant de la LWF.

 

« Les changements climatiques sont une question de justice intergénérationnelle. Voilà pourquoi je jeûne pour le climat en me concentrant particulièrement sur les jeunes qui déjà en font les frais et qui continueront d’en faire les frais si nous demeurons inactifs sur cette question », a ajouté le pasteur Junge.

 

Pour l’archevêque Antje Jackelén, le jeûne se veut toujours un puissant rappel de l’interdépendance entre les peuples et la planète. « Jeûner pour le climat est l’expression d’un engagement planétaire dans l’Église mondiale », a-t-elle dit. « Pour toutes nos Églises impliquées dans cette initiative, c’est une question de direction, de valeurs, de mode de vie et de justice », a ajouté l’archevêque de l’Église de Suède.

 

John Nduna, secrétaire général de l’Alliance ACT, a jeûné par solidarité avec les gens qui n’ont rien dans leurs assiettes en raison des changements climatiques. « Nous avons la responsabilité, en tant que communauté internationale, d’aborder la question des changements climatiques et de renverser les problèmes auxquels les communautés font face, pour le bien de ceux et celles qui n’ont rien à manger et dont les enfants se couchent affamés », a-t-il dit.

 

Plus tard ce jour-là, des passionnés du Jeûne pour le climat se sont réunis dans une petite église du centre de Paris pour la levée du jeûne de 24 heures, et pour célébrer l’unité et les solutions menant à un avenir meilleur. Les organisateurs ont estimé qu’environ 10 000 personnes dans le monde ont jeûné sur le thème du climat.

 

S’adressant aux participants à la célébration, Yeb Saño, qui est à l’origine de la campagne du Jeûne pour le climat, a souligné que cette initiative est aussi un moyen de pression dirigé à l’endroit des négociateurs réunis à la COP21. « Nous voulons dire aux dirigeants mondiaux ici à Paris de ne pas, s’il vous plaît, décevoir le monde. La planète entière vous regarde », a-t-il dit.

 

 

 

© Source : Conseil œcuménique des Eglises. 2 décembre 2015 (version française le 10 décembre 2015)

Crédit photo : © Sean Hawkey/COE