04/4/2012

Au Nigeria, le Cardinal Tauran constate l’entente entre catholiques et musulmans


“Le Cardinal Tauran a affirmé qu’il se fera l’ambassadeur, à Rome et partout, de la réalité des relations interreligieuses au Nigeria. Ceci est pour moi une grande joie”, déclare Mgr John Olorunfemi Onaiyekan, Archevêque d’Abuja, capitale fédérale du Nigeria, au terme de la visite dans le pays du Cardinal Jean-Louis Tauran, Président du Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux. Il a reconnu que, malgré les attentats, il existe des relations d’amitié profonde et authentique entre les différents responsables religieux catholiques et musulmans.

Share


« Le Cardinal Tauran a pu constater les bonnes relations

existant entre catholiques et musulmans »

 

Déclaration de l’Archevêque d’Abuja 

 

 

Abuja – « Le Cardinal Tauran a affirmé qu’il se fera l’ambassadeur, à Rome et partout, de la réalité des relations interreligieuses au Nigeria. Ceci est pour moi une grande joie » déclare à l’Agence Fides S.Exc. Mgr John Olorunfemi Onaiyekan, Archevêque d’Abuja, capitale fédérale du Nigeria, au terme de la visite dans le pays de S.Em. le Cardinal Jean-Louis Tauran, Président du Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux.

 

« Le Cardinal Tauran a affirmé que sa visite au Nigeria a été une belle surprise dans la mesure où la situation nigériane est meilleure de celle décrite dans les moyens de communication de masse en Europe. Il a reconnu que, malgré les attentats de la secte Boko Haram, il existe des relations d’amitié profonde et authentique entre les différents responsables religieux catholiques et musulmans » souligne l’Archevêque d’Abuja.

 

« Il faut souligner cependant que le Cardinal Tauran a fait l’expérience des bonnes relations existant entre nous, catholiques, et les responsables musulmans » affirme Mgr Onaiyekan. « Je le dis parce que tous les chrétiens du Nigeria ne partagent pas nos idées en matière de dialogue interreligieux et de respect pour la religion islamique. Il existe en effet certaines dénominations chrétiennes qui ne sont pas du tout sur cette ligne de conduite. D’autre part, les groupes musulmans avec lesquels nous avons des contacts sont ceux qui sont bien disposés à vivre en paix avec nous. Malheureusement, il y a des fanatiques tant dans le camp chrétien que dans le camp islamique. Mais la grande majorité des nigérians, chrétiens et musulmans, veut la paix ».

 

L’Archevêque rappelle à Fides un certain nombre d’étapes significatives de la visite du Président du Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux. « Le Cardinal Tauran a rencontré le Vice-président Namadi Samboche, un musulman, attendu que le Chef de l’Etat se trouvait en Corée du Sud pour le Sommet international sur le nucléaire. Le Cardinal a ensuite rendu visite au chef des musulmans nigérians, le Sultan de Sokoto, Alhaji Abubakar Saad III, qui l’a reçu avec grande joie. Le Sultan et l’Evêque de Sokoto, S.Exc. Mgr Matthew Hassah Kukah, ont préparé ensemble la visite » souligne Mgr Onaiyekan.

 

« Ici, à Abuja, moi et le forum interreligieux local (Interfaith Forum on Peace Building) avons accompagné le Cardinal à la mosquée nationale où il a été accueilli par les responsables musulmans » continue l’Archevêque. Ensuite a eu lieu une émouvante visite à l’église de Sainte Thérèse à Maddalla, lieu de l’attentat de Noël dernier. « Son Eminence a rencontré une femme qui a perdu son mari et quatre enfants dans l’explosion et a rendu visite aux blessés se trouvant encore en soins. Nous avons ensuite prié ensemble dans le petit cimetière à côté de l’église, où sont enterrés 17 victimes de l’attentat » déclare Mgr Onaiyekan.

 

A Jos, l’Archevêque du lieu, S.Exc. Mgr Ignatius Kaigama, a accompagné le Cardinal dans la visite du Centre de formation professionnelle qu’il a fondé. Le but de ce centre, outre la formation professionnelle, est de faire se rencontrer les jeunes chrétiens et musulmans. Ses élèves sont en effet pour moitié chrétiens et pour moitié musulmans.

 

« Mgr Kaigama a fondé le Centre en partant de la constatation qu’il ne suffit pas de condamner les violences. Ces dernières étant commises par les jeunes, il faut créer des espaces de dialogue entre les jeunes des deux religions au sein desquels ils puissent se rencontrer dans un espace de paix et de dialogue. Je pense que cette expérience devrait être proposée et étendue à tout le pays » conclut Mgr Onaiyekan.

 

 

© Source : Agence Fides 31/03/2012

 

 

 

*****

Nigeria : chrétiens et musulmans veulent « vivre ensemble »

 

Bilan de la visite du cardinal Tauran

 

 

Les chrétiens et les musulmans nigérians ont la volonté de « vivre ensemble » : c’est le constat du cardinal Tauran, au terme de sa visite dans ce pays. Le cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, était en effet en visite au Nigeria, du 23 au 31 mars 2012.

 

Les Nigérians veulent la paix

 

Revenant sur son voyage, le cardinal fait part de sa « surprise » au micro de Radio Vatican : « Je ne m’attendais pas à trouver une Eglise aussi vivante. ». Il confie qu’en lisant la presse occidentale, il s’attendait à une société avec « des heurts à tous les niveaux ». Mais malgré les attentats de la secte Boko Haram, le cardinal témoigne qu’il a vu « des relations d’amitié profonde et très sincère entre les chefs religieux catholiques et les chefs religieux musulmans ».

 

Bien que « conscientes des dangers », les diverses communautés sont « sereines », affirme-t-il. S’il y a, regrette-t-il, des musulmans ou chrétiens qui ne « partagent pas ce point de vue » de dialogue, néanmoins le cardinal se dit « frappé » de constater que « tous les nigérians veulent vivre ensemble ».


 

Ce qui est important, souligne-t-il à ce propos, c’est la « volonté » des Nigérians de « ne pas accepter que la violence prenne le pas sur tout le positif vécu dans la vie quotidienne ».

 

Des visites significatives

 

Au cours de son séjour, le cardinal a participé à la clôture d’une rencontre organisée par les directeurs diocésains en charge du dialogue interreligieux en Afrique de l’Ouest, le 23 mars dernier à Lagos. Il a également participé à une session de dialogue entre chrétiens et musulmans à Jos – ville du nord du pays, où ont eu lieu récemment de nombreux affrontements.

 

Le président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux s’est aussi rendu à la ville de Sokoto (nord-Ouest), le 26 mars. Il a été reçu par le Sultan de Sokoto, Alhaji Abubakar Saad III, chef des musulmans nigérians. Le Sultan, qui avait préparé cette visite avec l’évêque de Sokoto, Mgr Matthew Hassah Kukah, a accueilli le cardinal « avec grande joie », affirme Mgr John Olorunfemi Onaiyekan, archevêque d’Abuja, capitale fédérale du pays, à l’agence Fides.


 

En outre, le cardinal Tauran a rencontré le vice-président nigérian Alhaji Namadi Sambo, le 27 mars et il a été reçu par les responsables de la mosquée nationale, le 28 mars, à Abuja.

 

Pour le cardinal, c’est sa visite à l’église Sainte-Thérèse à Maddalla, lieu de l’attentat de Noël dernier qui a été le moment le plus « émouvant », durant lequel il a rencontré des victimes de l’explosion meurtrière. 

 

Il ne suffit pas de condamner la violence

 

Mais, ajoute-t-il, il faut aussi « penser à l’avenir » : c’est ce que propose de faire un centre de formation professionnelle en ébénisterie,  à Jos, en accueillant des jeunes des deux confessions.

 

Le cardinal Tauran se dit « très positivement impressionné » par cette initiative, estimant qu’elle représente « le Nigeria de demain ». Mgr Ignatius Kaigama, archevêque de Jos, a fondé ce centre en partant du constat qu’ « il ne suffit pas de condamner la violence », explique le cardinal.

 

Il est donc nécessaire, poursuit-il, de « créer des espaces de paix et de dialogue » pour les jeunes qui sont « l’avenir du pays ». Pour Mgr Onaiyekan, sur Fides, « cette expérience devrait être proposée et étendue à tout le pays ». 

 

 

 

Anne Kurian

© Source : Zenit. 4 avril 2012

Share