23/2/2010

Carême 2010 : Jeûner pour trouver la paix et ouvrir des perspectives de vie


Le jeûne chrétien n’est pas uniquement une privation, mais un chemin humain qui incarne la quête de Dieu, la quête également d’une relation juste aux autres permettant à chacun, quelles que soit ses convictions et se s conditions de vie, de découvrir en groupe la solidarité qui peut exister entre tous et de trouver, au plus profond de lui-même, la force de l’esprit qui le rendra capable d’affirmer que la paix, celle qui est un don de Dieu, est possible aujourd’hui.



Et si le « jeûne spirituel » ouvrait de nouvelles perspectives de vie ?…

 

Le jeûne comme la paix est un don de Dieu. C’est que j’expérimente durant la semaine de jeûne spirituel qui se vit en Carême. Prendre la décision de jeûner m’interpelle toujours et interpelle beaucoup les autres. « Je n’y arriverai jamais ! Je ne peux pas me passer de nourriture ! Mais, j’ai une activité professionnelle !… Et que va dire mon conjoint ? »

 

Voir le jeûne spirituel uniquement comme une « privation » appauvrit, dénature totalement la démarche. Pour moi, le jeûne chrétien est chemin humain qui incarne la quête de Dieu et la quête d’une relation plus juste aux autres. Ce chemin, il n’est pas possible de le prendre seul… il est obligatoire de se mettre en route avec d’autres et en Eglise. Mais, se mettre en route n’est pas toujours facile : il faut fixer un point de départ donc des dates, puis il faut se préparer, quitter ses habitudes voire ses certitudes, modifier son emploi du temps et faire confiance. On se trouve dans une démarche de croyants comme dans la Bible. Alors, on peut se mettre en marche en se laissant habiter par la Parole de Dieu lue, méditée, partagée et priée. Chaque jour, la Parole de Dieu devient parole de vie… une parole à découvrir et à vivre.

 

J’essaie d’accueillir le temps du jeûne spirituel comme un temps de grâce et d’ouverture. Ce qui m’attire dans le jeûne, c’est le vide qu’il creuse en moi pour donner du sens à ma vie. La Parole partagée me permet de découvrir que l’essentiel se vit à l’intérieur de moi et non pas dans le brouhaha extérieur qui fait perdre toute sensibilité. Au bout de quelques jours, je ressens quelque peu tout l’espace intérieur creusé par le manque, la durée et le partage, espace qui attend d’être comblé et c’est là qu’intervient la prière. Alors, naissent en moi un repos, une sérénité de l’esprit qui s’appellent paix intérieure et, dans la foi, je reconnais que c’est un don de Dieu.

 

Comme le jeûne, la paix intérieure ne s’improvise pas. Elle se cherche et c’est en la vivant qu’on la trouve. Pour cela, il est nécessaire de se mettre en route : changer ses habitudes et durer… en demandant à Dieu de faire ce cadeau à l’humanité.

 

Le jeûne n’est pas que de nourriture, il peut être aussi de paroles, d’actes qui gênent l’autre. Ainsi, il favorise des relations de paix avec les proches. Et s’il est permis de rêver, imaginons que dans le monde, le seul regard posé sur l’autre soit uniquement un regard centré sur l’autre sans déviation et sans retour à soi ! Le jeûne spirituel est un temps de privation certes mais aussi un temps de purification du corps et de l’esprit qui donne une vitalité à toutes les énergies qui sont dans l’être humain.

 

Et pour terminer un souhait : je voudrais que chacune et chacun, quelles soient ses convictions, puisse redécouvrir cette pratique commune à toutes les religions et toutes les traditions. Et si le jeûne, aujourd’hui, permettait de trouver dans les profondeurs de l’être humain ces énergies capables d’émerger à la surface et d’affirmer que la paix n’est possible que si la vie de chacun a un sens ? Financièrement, ça ne coûte rien !… sinon de vivre en solidarité avec les plus démunis et ceux qui connaissent les fragilités de notre monde… Et humainement ? Seule une expérience personnelle, vécue en groupe, peut le dire. Personnellement, je crois que ça pourrait être le sel qui donne de la saveur à la vie et qui permettrait de croire que la paix est possible, aujourd’hui…

 

 

 

Sœur Rose-Marie,

Sœur de La Retraite Chrétienne

 

© Cherchonslapaix.org – 23 février 2010