26/5/2014

De l’Ukraine au Centrafrique


Les médias focalisent leur attention sur ces deux pays, exemples désolants de violences meurtrières. Ici des pro-russes soutenus par leur grand voisin de l’Est, s’opposent au reste de la population désireuse de se tourner vers l’Europe. Cet axe Est-Ouest trace une croix avec celui Nord-Sud qui oppose en Centre Afrique milices islamistes et milices chrétiennes dans une guerre civile sans merci. Dans les deux cas, exactions et tueries ne peuvent être jugulées ni même sanctionnées par l’autorité trop faible des gouvernements en place.[…]



Les médias focalisent leur attention sur ces deux pays, exemples désolants de violences  meurtrières. Ici des pro-russes soutenus par leur grand voisin de l’Est, s’opposent au reste de la population désireuse de se tourner vers l’Europe. Cet axe Est-Ouest trace une croix avec celui Nord-Sud qui oppose en Centre Afrique milices islamistes et milices chrétiennes dans une guerre civile sans merci.

 

Dans les deux cas (comme hélas dans bien d’autres !); exactions et tueries ne peuvent être jugulées ni même sanctionnées par l’autorité trop faible des gouvernements en place. Les protagonistes s’étripent alors impunément soutenus en coulisse par des intérêts géopolitiques et économiques qui attisent à leur compte leurs antagonismes meurtriers.

 

Des milliers d’innocents en pâtissent, sauvagement persécutés et jetés sur les routes d’exodes massifs. Ces drames s’étalent sur nos écrans et, comme d’habitude, nous laissent spectateurs effarés, désolés de ne savoir que faire.

 

La plupart des nations font souvent l’expérience de divisions internes. Nées de la diversité des langues et des cultures, éventuellement durcies par des siècles de luttes sourdes ou déclarées, ces oppositions créent des tensions difficiles à gérer. Ainsi Flamands, Wallons, Basques, Bretons, Corses, Catalans, Castillans… portent haut les étendards de leurs cultures respectives et en revendiquent le respect et le maintien sans pour autant déterrer systématiquement la hache de guerre. Ces sous-ensembles se trouvent en tout cas finalement intégrés dans des vivre-ensemble collectifs maintenus sous la houlette d’États de Droit ! Les Landers en Allemagne, les Cantons en Suisse, certaines Régions en France, fument finalement le calumet de la paix encadrés par des législations et des politiques soucieuses de convivance… au risque parfois de laminer les particularités culturelles et de les fondre dans une uniformité.

 

L’affaire n’est pas simple et les souffles de vieux démons de la division se tiennent toujours prêts à raviver des braises persistantes, maintenues sous la cendre de contentieux passés. Qui n’a constaté par exemple les dérives d’esprits de clocher, de quartier, de cité ou de catégories sociales, politiques, religieuses… quand de légitimes sentiments d’appartenance se défigurent en sectarismes et en xénophobies collectives. Dévoiements signalés par exemple par l’usage de surnoms dépréciatifs infligés à des étrangers pourtant désireux de s’intégrer dans la “fraternité” nationale. Il convient, nous le pressentons, de nous tourner avant tout humblement vers nous-même et de balayer devant nos portes. En nous tenant ainsi au ras des pâquerettes, comment cultiver l’esprit de tolérance et d’ouverture dans la diversité des groupes qui nous entourent ? Au prix de quelles solidarités, de quelles prudences et de quelles conversions ?

 

Et les prochaines élections européennes, devraient dans ce but nous donner l’occasion de porter nos choix sur des personnes et des programmes susceptibles de juguler les drames qui nous stupéfient et d’ouvrir les voies de tolérances actives au service du bien commun. Quelles législations favoriser, soutenir, perfectionner alors pour respecter et harmoniser les diversités culturelles et sociales dans une cohérence nationale et sous l’égide d’États de Droit ? Autant de questions susceptibles de nous pousser à quitter les fauteuils d’orchestre où, bouleversés mais impuissants nous crions notre indignation devant les atrocités présentées sur nos écrans.

 

 

 

Père Michel Dagras

Pax Christi Toulouse

© Pax Christi France 2014