22/1/2015

Des Luthériens finlandais au Vatican pour une “rencontre spirituelle et œcuménique”


En pleine semaine de l’unité des chrétiens, le 22 janvier 2015, le Pape François a reçu au Vatican une délégation œcuménique de Finlande, présente à Rome à l’occasion de leur pèlerinage annuel en l’honneur de Saint-Henri, patron de la Finlande. Le Souverain Pontife a rappelé que leurs échanges avec les catholiques avait été une vraie rencontre spirituelle et œcuménique qui s’inscrit dans une tradition qui remonte à trente ans. Ce dialogue doit être soutenu et encouragé par le dialogue théologique entre les Eglises…



En pleine semaine de l’unité des chrétiens, le Pape a reçu jeudi au Vatican une délégation œcuménique de Finlande, présente à Rome à l’occasion de leur pèlerinage annuel en l’honneur de Saint-Henri, patron de la Finlande. Le Souverain Pontife a rappelé que leurs échanges avec les catholiques avait été une « vraie rencontre spirituelle et œcuménique » qui s’inscrit dans une tradition qui remonte à trente ans.

 

Le Pape a ainsi rappelé les propos de Jean-Paul II lors de sa première rencontre avec la délégation finlandaise. Il évoquait alors le témoignage de foi dans leur prière commune, en particulier la récitation du Credo. « Les premiers pas importants vers la pleine et visible unité des chrétiens ont déjà été posés à l’époque », a précisé François.

 

Un témoignage commun

 

Cette visite s’inscrit dans le cadre de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens, a poursuivi le Saint-Père. Le thème choisi cette année est « Donne-moi à boire », tiré de l’Evangile de Saint Jean. Cela vient nous rappeler que la source de toute grâce est le Seigneur lui-même, qui transforme toux ceux qui le reçoivent, a expliqué François, en les rendant témoins de la vérité qui provient du Christ seul.

 

« Un témoignage chrétien partagé entre catholiques et luthériens est particulièrement nécessaire face à l’indifférence, à l’insécurité, aux persécutions et aux souffrances de tant de personnes dans le monde contemporain », a encore souligné François, en rendant hommage aux propos de l’évêque Vikström qui conduit la délégation et qui souligne que catholiques et luthériens peuvent faire beaucoup ensemble pour rendre témoignage de la miséricorde divine dans notre société.

 

Ce dialogue doit être soutenu et encouragé par le dialogue théologique entre les Eglises, a enfin précisé François, qui a rappelé les fruits de réconciliation et collaboration issus de la déclaration commune sur la justification signée en 1999 entre la Fédération luthérienne mondiale et l’Eglise catholique. Le Pape a ainsi souhaité que d’autres points de convergence puissent émerger du dialogue luthéro-catholique dans les pays scandinaves sur le concept d’Eglise, « signe de salut donné par Jésus-Christ »

 

* * *

 

Discours du pape François

 

Cher Mgr Vikström,

Cher Mgr Sippo,

Chers amis,

 

C’est avec joie que je vous souhaite la bienvenue à l’occasion de votre pèlerinage annuel à Rome pour célébrer la fête de saint Henri, patron de votre pays. L’événement de cette année s’est révélé être une véritable rencontre spirituelle et œcuménique entre catholiques et luthériens, s’inscrivant dans une tradition qui se poursuit depuis maintenant trente ans. Saint Jean-Paul II s’était adressé aux membres de la première délégation œcuménique finlandaise, venus à Rome il y a trente ans, par ces paroles : « Le fait que vous soyez venus ici ensemble est déjà le témoignage de l’importance des efforts réalisés pour l’unité. Le fait que vous priiez ensemble est le témoignage de votre foi selon laquelle l’unité ne pourra être atteinte que par la grâce de Dieu. Le fait que vous récitiez ensemble le Credo est un témoignage rendu à l’unique foi commune de toute la chrétienté ». À cette époque, les premiers pas importants d’un chemin œcuménique commun vers la pleine et visible unité des chrétiens avaient déjà été accomplis. Depuis, beaucoup a été fait et – j’en suis certain – beaucoup sera encore fait en Finlande afin de « faire progresser la communion partielle existant entre les chrétiens, pour arriver à la pleine communion dans la vérité et la charité » (Jean-Paul II, encyclique Ut unum sint 14).

 

Votre visite coïncide avec la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Cette année, notre réflexion est centrée sur les paroles adressées par Jésus à la Samaritaine au puits : « Donne-moi à boire » (Jn 4,7). Il nous est rappelé que la source de toute grâce est le Seigneur lui-même et que ses dons transforment ceux qui les reçoivent, en en faisant les témoins de la vraie vie qui ne vient que du Christ. Ainsi que nous le raconte l’Évangile, beaucoup de Samaritains crurent en Jésus grâce au témoignage de la femme (Cf. Jn 4,39). Comme vous nous l’avez fait observer, Mgr Viskström, les catholiques et les protestants peuvent faire beaucoup ensemble pour rendre témoignage à la miséricorde divine dans nos sociétés. Un témoignage chrétien commun est particulièrement nécessaire devant la méfiance, l’insécurité, les persécutions et les souffrances dont tant de personnes font l’expérience dans notre monde aujourd’hui.

 

Ce témoignage commun peut être soutenu et encouragé par le progrès dans le dialogue théologique entre les Églises. La Déclaration commune sur la doctrine de la justification, signée officiellement il y a un peu plus de quinze ans entre la Fédération luthérienne mondiale et l’Église catholique, peut continuer de porter entre nous des fruits de réconciliation et de collaboration. Le dialogue nordique luthérien-catholique en Finlande et en Suède, sur le thème de la justification dans la vie de l’Église, réfléchit sur d’importantes questions issues de la Déclaration commune. Nous espérons qu’une convergence ultérieure pourra émerger de ce dialogue sur le concept d’Église, signe et instrument du salut qui nous est donné en Jésus-Christ.

 

Je prie pour que votre visite à Rome contribue à renforcer les relations œcuméniques entre les luthériens et les catholiques en Finlande, déjà très positives depuis des années. Que le Seigneur envoie sur nous l’Esprit de vérité et nous guide vers une charité et une unité toujours plus grandes.

 

 

 

Traduction de Zenit, Constance Roques

© Source : Radio Vatican et Zenit. 22 janvier 2015