19/12/2014

Inde : un communiqué œcuménique à l’occasion de Noël 2014


En Inde, à l’occasion de la fête de Noël, des Evêques, des responsables de toutes les confessions chrétiennes et des responsables de la société civile ont signé un communiqué commun pour demander que cessent les violences au nom des religions dans ce pays. “L’Inde est une terre sur laquelle différentes fois religieuses coexistent depuis toujours. Les pères fondateurs se sont engagés à garantir que les droits de tous soient sauvegardés, indépendamment de la religion, du sexe ou de la caste.”



Communiqué œcuménique à l’occasion de Noël 2014

 
 

New Delhi  – « En vue de Noël, nous avons le cœur lourd suite aux épisodes de violence à l’encontre de nos églises dans différentes parties du pays, en particulier au Chhattisgarh, au Madhya Pradesh, en Odisha et dans l’Uttar Pradesh ainsi que maintenant sur le territoire de la capitale, Delhi. La démolition de l’église Saint Sébastien de Delhi tout comme les autres épisodes de violence ciblée révèlent le mépris non seulement envers les sentiments religieux de notre communauté mais également envers les garanties fournies par la Constitution indienne ». C’est ce qu’affirment les Evêques et responsables de toutes les confessions chrétiennes dans une note diffusée à Delhi et envoyée à l’Agence Fides. Le communiqué est signé, entre autre, par S.Exc. Mgr Anil Couto, Archevêque de Delhi, par d’autres Evêques catholiques, orthodoxes, protestants et par des responsables de la société civile.

 

« Ces actes de violence – expliquent-ils – ne sont pas des incidents isolés. Ils font partie d’une série d’actions interconnectées réalisées par différents acteurs non étatiques. De nombreux hommes politiques ont demandé des lois nationales contre la conversion, des mesures qui touchent les communautés chrétienne et musulmane, même si elles ne sont pas citées ».

 

En outre, poursuit le texte, « la campagne bien organisée, y compris par des membres de haut niveau du Parlement et des appartenants au parti aux affaires représente une menace pour la paix et pour l’harmonie nationale, remettant en cause l’identité et le patriotisme des différentes minorités religieuses en Inde » en les discréditant et les exposant à de nouvelles violences.

 

Le communiqué explique : « Alors que l’exécutif a remporté les élections sur la base d’une plateforme de « développement et bon gouvernement », les groupes radicaux voient approuvé leur programme de haine et de nationalisme religieux. Il s’agit d’une tentative évidente de sabotage de la Constitution indienne, qui garantit la liberté de tout citoyen indien de professer, pratiquer et diffuser sa propre religion ».

 

Les responsables notent que les mesures, paradoxalement dénommées « Lois pour la liberté religieuse », en vigueur dans différents Etats indiens, l’ont de facto limitée et « ont été utilisées contre les minorités, donnant à la police le pouvoir de déranger, d’arrêter et de punir prêtres, religieux et opérateurs chrétiens ».

 

Les signataires ont envoyé au gouvernement un Mémorandum indiquant différents épisodes « représentatifs de l’hostilité et de la discrimination subie par les chrétiens sur tout le territoire de l’Inde ». Ils y évoquent des cas de « boycott social » (à certains missionnaires chrétiens est interdite l’entrée dans plus de 50 villages de la région de Bastara au Chhattisgarh, alors qu’à certaines familles chrétiennes vivant en Orissa est interdit d’utiliser le puits public du village), d’agressions physiques (dans de nombreux Etats) et de profanation d’édifices de culte.

 

Le texte envoyé à Fides conclut : « L’Inde est une terre sur laquelle différentes fois religieuses coexistent depuis toujours. Les pères fondateurs se sont engagés à garantir que les droits de tous soient sauvegardés, indépendamment de la religion, du sexe ou de la caste. Espérons et prions pour que cette discrimination et cette violence ciblée soient bloquées grâce à une forte volonté politique des institutions civiles et politiques ».

 

 

 

© Source : Agence Fides. 19 décembre 2014