- Pax Christi France - http://www.paxchristi.cef.fr/v2 -

FIL ROUGE POUR PATCHWORK

Patchwork désigne un assemblage d’éléments hétéroclites. En couture, la technique consiste à réunir des chutes de tissu ou des carrés de laine de diverses couleurs pour confectionner par exemple des couvertures. Le résultat, polychrome, ne manque pas d’effet. Des chansons très différentes peuvent aussi être reliées par des mots ou des bouts de phrase pour faire passerelles d’un texte à l’autre.

Des mosaïques comparables pourraient-elles se construire à partir d’informations quotidiennes ? Mais alors quel liant trouver pour mettre en cohérence des Nouvelles très disparates : graves ou légères, tristes ou joyeuses, désolantes ou réconfortantes … Déversées pêle-mêle, elles déroutent et brouillent la cohérence de la vision des choses. Pourtant, à l’inverse, elles poussent à discerner l’important dans le maquis de l’accessoire et à réfléchir pour ne pas se laisser emporter dans les courants du relativisme, des émotions ou de l’indifférence. Un liant à tresser en forme de fil rouge capable de sauver la cohérence de l’esprit humain dans le labyrinthe de la dispersion. Tentons l’expérience à partir de quelques flashs reçus juste avant de changer d’année.

– En Belgique : des abris en carton pliants sont distribués aux SDF. Inutile de culpabiliser en recevant la nouvelle bien calé dans son fauteuil. Par contre le rappel lapidaire de la situation déplorable des sans-abri ne saurait laisser indifférent, à moins d’avoir le cœur aussi froid que la température subie par celles et ceux qui couchent dehors ! Bravo pour l’idée du carton pliant!Mais ce cadeau de Bonne Année reste chiche ! Que faire ? La question touche chacun de nous. Maintenons-la ouverte.

– Fortes chutes de neige : 2300 automobilistes ont passé la nuit dans des centres d’accueil en Savoie. Ceux-là ne coucheront pas dehors. On imagine la réactivité et le dévouement des Savoyards devant des concitoyens pris au piège de la neige. Solidarité et efficacité. Applaudissons sans oublier que ces qualités se cultivent en amont des événements qui les sollicitent.

– Le système d’accueil des réfugiés « ne peut plus continuer ainsi » estime Christofer Castaner. L’homme politique n’est pas le seul à poser le doigt là où ça fait mal. Son constat n’a pas valeur de solution. Il n’en questionne pas moins les conditions de vie des réfugiés chez nous. L’heure n’est ni à l’indifférence ni aux options drastiques ou discriminatoires. Accepter dans son esprit la tension entre ouverture et réalisme, sans se laisser dérouter par le brouillage des émotions et des préjugés.

– Catalogne : lors de ses vœux Puigdemont « exige » la restauration de son gouvernement. La barrière des Pyrénées nous protège des remous catalans. Le problème des relations entre aspirations locales et bien national n’en traverse pas moins nos montagnes jusqu’à questionner chacun sur le rapport à établir entre bien personnel et bien commun.

– Le Népal interdit l’ascension de l’Everest en solitaire. Pourquoi cette décision quand la technique et l’audace d’alpinistes chevronnés font rêver les amateurs de grimpe ? Mais des varappeurs disparaissent sur les pentes du Toit du Monde (une dizaine cette année) ; une augmentation du nombre des expéditions complique la gestion touristique de la région ; le travail et les missions des sherpas en subissent des contre coups négatifs ; des problèmes écologiques s’ajoutent à ces constats. Difficile d’apprécier de si loin la pertinence de la position des autorités népalaises. Elle relance pourtant à frais nouveaux la question de fond soulevée par la réflexion précédente.

D’autres informations de moindre ou de plus grande importance défraient chaque jour la chronique. Elles plaisent ou déplaisent, révulsent ou enchantent, demandent en tout cas appréciations et clarifications critiques. L’exigence de comprendre s’impose. Mais aucune de ces nouvelles ne nous laisse totalement indemne. Chacune soulève des questions pour avancer vers plus de vérité sur les événements bien sûr, mais aussi sur soi-même. Ainsi un fil rouge se tresse. Il relie le Patchwork d’informations disparates pour la recherche d’une cohérence salubre à trouver et à maintenir malgré les forces dispersantes de turbulences contraires.

©Père Michel Dagras

© Pax Christi France.