23/9/2014

Ghana : poursuivre la collaboration œcuménique et interreligieuse


Le pape François a reçu les évêques de la Conférence épiscopale du Ghana, à l’occasion de leur visite ‘ad Limina apostolorum’, le 23 septembre 2014 au Vatican. Il appelle les évêques ghanéens à la collaboration œcuménique et interreligieuse afin de promouvoir l’harmonie sociale du pays et la dignité de chaque personne. Saluant la religiosité du peuple ghanéen, il a encouragé la communauté catholique à “enrichir la société en proclamant la dignité de chaque personne humaine et en favorisant son développement humain intégral”.

Share


Appel du pape aux évêques en visite ad limina

 

 

Le pape appelle les évêques ghanéens à la collaboration œcuménique et interreligieuse afin de promouvoir « l’harmonie sociale du pays » et « la dignité de chaque personne ».

 

Le pape François a reçu les évêques de la Conférence épiscopale du Ghana, à l’occasion de leur visite “ad Limina apostolorum”, ce matin, 23 septembre 2014, au Vatican.

 

Saluant la religiosité du peuple ghanéen, il a encouragé la communauté catholique à « enrichir la société en proclamant la dignité de chaque personne humaine et en favorisant son développement humain intégral ».

 

Mais avant tout, il a appelé les pasteurs à « une conversion quotidienne, de sorte que toutes leurs pensées, paroles et actions soient inspirées et orientées par la Parole de Dieu », tels « des hommes complètement transformés par la grâce d’être les fils du Père, les frères du Fils et les pères de la communauté ».

 

Si l’Église au Ghana « est respectée pour sa contribution au développement intégral des individus et de la nation », cependant « elle manque souvent de ressources matérielles nécessaires à l’accomplissement de sa mission », a fait observer le pape.

 

Il a livré deux réflexions à ce sujet : d’une part, la nécessité d’administrer « avec honnêteté et responsabilité » ses biens, « afin de fournir un bon témoignage », en particulier face à la corruption.

 

D’autre part, a-t-il ajouté, « la pauvreté matérielle peut être l’occasion d’attirer une plus grande attention sur les besoins spirituels de la personne humaine » : s’il est juste « d’atténuer la pauvreté », l’Église est aussi appelée « à ouvrir les esprits et les cœurs à la richesse de la miséricorde et de la grâce du Christ ».

 

Le pape a recommandé aux pasteurs d’être « proches des autres leaders chrétiens et d’autres communautés religieuses » : « la coopération œcuménique et interreligieuse contribue à l’harmonie sociale du pays » et promeut « la compréhension de la dignité de chaque personne par une plus grande expérience de l’humanité commune », a-t-il expliqué.

 

Selon des chiffres de l’Aide à l’Eglise en détresse (AED), la population ghanéenne, à majorité chrétienne (61%) compte 12% de catholiques, 48% de protestants et 1% d’anglicans, ainsi que 19% de musulmans et 19% d’animistes.

 

Enfin, le pape a demandé aux évêques d’être proches des prêtres, rendant hommage à ces derniers, ainsi qu’aux religieux et religieuses du Ghana, « pour leurs sacrifices quotidiens » et aux catéchistes laïcs, « sans lesquels les œuvres d’évangélisation seraient bien moindres ».

 

« Chers frères, comme saint Paul, je vous souhaite d’aller dans les villes et les campagnes, sur les marchés et dans les rues, témoigner du Christ et montrer son amour et sa miséricorde à tous », les a-t-il exhortés en conclusion. 

 

 

© Source : Zenit. 23 septembre 2014

 

 

 

*****

Le Pape aux Evêques du Ghana :

Continuez de promouvoir le dialogue

 

 

Le Pape François a reçu en audiences ce mardi 23 septembre 2014, les Evêques ghanéens en visite ad limina.

 

Dans le message qu’il leur a remis le Pape s’est félicité de la mission que les Evêques poursuivent auprès du peuple de Dieu qui leur a été confiée, assurant ainsi le témoignage de vie et de lumière auprès du troupeau dans l’engagement et l’humilité. Ce faisant, “le peuple de Dieu au Ghana, sous votre conduite peut, suivant le commandement de Dieu, proclamer la dignité de l’homme au sein de la société et promouvoir leur droit au développement”, leur a fait remarquer le Pape.

 

 Mais, le Pape a averti que le travail de conversion et d’évangélisation n’est jamais facile, mais il procure des fruits de bienfaits à l’Eglise et au monde. Les différents services que vous apportez à la société ghanéenne, notamment dans les domaines de la santé, surtout en ces instants de souffrance avec la diffusion de l’épidémie d’Ebola à travers l’Afrique de l’Ouest.

 

Je vous demanderais, de manière spéciale, leur a encore déclaré François, « d’être plus près de votre peule, de vos prêtres, les aidant comme des frères, les soulageant de leurs soucis et les guidant avec tendresse. »

 

Evoquant le Synode pour l’Afrique de 2009, François a affirmé que parmi les principales préoccupations du Synode, l’une d’entre elles a été de révéler la nécessité pour les Pasteurs de l’Eglise de « mettre dans le cœur des Africains disciples du Christ la volonté de s’engager effectivement à vivre l’Évangile dans leur vie et dans la société. Le Christ appelle constamment à la metanoia, à la conversion ». (Africae munus, n. 32)

 

Mais le Pape leur rappelle également que « Cela exige en premier lieu notre conversion quotidienne afin que toutes nos pensées, nos paroles et nos actions soient inspirées et guidées par  la Parole de Dieu. »

 

L’Eglise qui est au Ghana, a encore souligné le Pape, est respectée à juste titre pour sa contribution au développement intégral des personnes et de toute la communauté. C’est pourquoi il est impératif que même les biens temporels de l’Eglise soient gérés avec tempérance ; que la pauvreté puisse être l’occasion de porter plus l’attention sur les « besoins spirituels du peuple ». Recommandant aussi une action incisive de formation pastorale des jeunes, d’attention aux catéchistes, le Pape s’est félicité que le Ghana ait été épargné des conflits ethniques et tribaux qui ont affligé tant d’autres nations africaines. « Je prie pour que vous soyez de plus grands promoteurs d’unité et des guides dans le service au dialogue ».

 

 

 

© Source : Radio Vatican. 24 septembre 2014

Share