07/5/2015

Histoire : Pâques 1945 – Naissance du mouvement Pax Christi




L’équipe Pax Christi de Tarbes et Lourdes (65) avait décidé de commencer l’année du 70° anniversaire de Pax Christi par une émission à Radio Présence Lourdes Pyrénées plus précisément sur l’action de Monseigneur Pierre-Marie Théas, évêque de Montauban puis de Tarbes-Lourdes. 

 

 

* * *

Pâques 1945

Naissance du mouvement Pax Christi

 

 

Mgr ThéasPourquoi en parler aujourd’hui ?

 

D’abord, parce que cela fait soixante-dix ans : c’est un anniversaire. Ensuite parce qu’il a été fondé par Mgr Pierre-Marie Théas, alors évêque de Montauban.

 

Lorsque Mgr Théas a été évêque de Tarbes Lourdes entre 1947 et 1970, il a été très actif pour développer ce mouvement. Il nous est bon aujourd’hui de rappeler quelques-unes de ses actions.

 

Un peu d’histoire : La guerre de 1939 à 1945. Après l’armistice de juin 1940 ; la France est divisée en ‘deux zones’ : la France occupée par les Allemands, avec comme capitale Paris et la France non occupée avec le gouvernement de Pétain qui réside à Vichy.

 

En juillet 1942, arrestation organisée des Juifs. Le cardinal Saliège à Toulouse le 23 août 1942, et Mgr Théas à Montauban le 30 Aout font lire dans toutes leurs paroisses un texte protestant vigoureusement contre ces arrestations arbitraires : « Les juifs sont être humains que l’on doit respecter et défendre ». Dans le Sud-Ouest de  la France, il y a beaucoup de réseaux pour faire passer en Espagne des personnes recherchées par la Gestapo allemande ou les milices françaises. Il y aura beaucoup de familles et d’enfants juifs qui seront cachés.

 

Le 2 juin 1944 : débarquement des Alliés en Normandie. Le 9 Juin : arrestation du Cardinal Saliège et de Mgr Théas. Le Cardinal Saliège, très âgé et diminué, reviendra chez lui. Mgr Théas est emmené dans un camp à Compiègne près de Paris. Il sera libéré par des troupes américaines le 30 Août 1944. Une semaine auparavant, le 25 août, Paris a été libéré. La France vit un temps de libération, mais aussi un risque de vengeance après les durs moments de la guerre.

 marthe dortel claudot

Au même moment à Montauban, une professeur de français, Madame Marthe Dortel-Claudot a lancé un groupe de prière avec un groupe d’amis qu’elle connait. Prier pour que la paix arrive, prier aussi pour la réconciliation entre français et aussi pour tous. « Quand on dit qu’on prie pour tous les hommes, cela veut dire qu’on prie pour les allemands aussi », dira Mme Dortel-Claudot. 

 

‘Croisade de prière pour l’Allemagne’ sera le titre de ce groupe de prière, mais qui changera vite de nom pour devenir « une prière pour la paix au nom du Christ. »

 

Ce groupe augmente en nombre. Mme Dortel-Claudot non seulement en a parlé à Mgr Théas mais elle lui demande son appui. Mgr Théas en devine la valeur et la soutient dans cette recherche.

 

La décision est prise en mars 1945 pour que ce mouvement soit reconnu dans l’Eglise. Et c’est à Pâques 1945 que « le Mouvement Pax Christi » sera officiellement lancé dans le diocèse de Montauban, comme mouvement de prière pour la paix. Or la guerre n’est encore terminée, car l’armistice entre les Alliés et l’Allemagne ne sera signée que le 8 mai 1945.  N’est-ce pas un signe ?

 

En février 1947, Mgr Théas est nommé évêque de Tarbes et Lourdes. Il y restera jusqu’en 1970. Il est également l’évêque responsable de Pax Christi jusqu’en 1965. La prière pour la Paix a une place important dans toutes ses activités. « Chaque samedi quand il est à Lourdes, il dit la messe pour la paix à la Grotte. »

 

Le mouvement Pax Christi va se développer d’abord dans toute la région du Sud-Ouest de la France. Mgr Feltin, archevêque de Bordeaux, le connait et le reconnait. Si bien qu’en 1950, lorsqu’il est nommé archevêque de Paris, il deviendra le responsable de Pax Christi international, car ce mouvement s’est développé rapidement dans plusieurs pays européens puis dans le monde.

 

Dès 1947, Pax Christi s’est orienté vers d’autres activités que la prière seule. Car il a fallu ajouter la réflexion sur des problèmes liés à la paix : c’était le début de la guerre froide, la division de Berlin, la construction du mur qui a coupé cette ville en deux. Il y a eu des réalisations d’action pour la Paix : du 21 au 25 Août 1947, Pax Christi va organiser un  pèlerinage international à Lourdes, centré sur la Paix avec des pèlerins de différents pays dont l’Allemagne. Le thème de ce grand pèlerinage sera ‘les Catholiques et la Paix’. En effet, en Allemagne dès la fin de la guerre un mouvement similaire s’est très vite développé.

 

Mgr Théas envisagea de construire la basilique souterraine Pie X. Il a fallu faire des plans et la construction de la basilique nécessita en 1956 la destruction du Monument aux Morts des deux guerres, de la chapelle du Souvenir et de la chapelle de la Reconnaissance.

 

Chapelle Pax Christi LourdesA la place de ces monuments, juste en dessous, il y a eu à l’intérieur de la Basilique souterraine, sur un côté, la construction d’une chapelle avec un maître-autel pour l’exposition du Saint-Sacrement et la réserve du Saint-Sacrement. A proximité, un autel pour « la réconciliation des peuples » est consacré à Saint Bernard pour la France et à Sainte Hildegarde de Bingen pour l’Allemagne. Longtemps cette chapelle s’appela la chapelle Pax Christi. A l’entrée de cette chapelle et à l’extérieur, en levant les yeux on peut encore voir les lettres P.A.X. C.H.R.I.S.T.I.

 

On ne peut  oublier que pendant une trentaine d’années, il y eu aussi  « un centre de rencontres internationales » de jeunes chrétiens membres ou non de Pax Christi. Les bâtiments, type préfabriqués, existent encore, devant l’entrée de l’imprimerie des Sanctuaires, route de la Forêt. J’ai entendu des pèlerins, aujourd’hui adultes, qui viennent à Lourdes et  passant au pavillon de Pax Christi me dire : « Nous y avons vécu des moments inoubliables parce que entre jeunes de tous pays on se rencontrait et on se parlait. » Mgr Théas a dû en être un des instigateurs.

 Pavillon paix Lourdes1

Proche de la radio, dans le bâtiment « Chapelle Notre Dame », sur le boulevard Rémy Sempé, dans la partie gauche de ce bâtiment, est implanté le pavillon Pax Christi ou « maison de la Paix ». Ce pavillon est le premier des pavillons abritant des mouvements d’Église souhaités par Mgr Théas. Aujourd’hui, dans ce pavillon, ouvert en juillet et août, et à la demande, des groupes de pèlerins peuvent être accueillis par des bénévoles de Pax Christi. Ceux-ci présentent l’action et des réalisations du Mouvement Pax Christi dans différents pays et invitent à prendre contact avec le Mouvement dans leur propre pays. Prier pour la Paix est aussi une action efficace et plus significative encore si on prie avec des croyants d’autres religions.      

 

Rappelons que « si la Paix est un don de Dieu, elle est aussi le fruit du travail de l’homme. » 

 

 

 

 

Père Gérard Simon

Pax Christi Tarbes-Lourdes

© Pax Christi France 2015