27/4/2016

Journée de la Terre, visite surprise du pape François


« Vous transformez des déserts en forêts », a dit le pape François lors d’une visite surprise au « Village de la Terre », pour la « Journée de la terre ».
Dans le sillage de son encyclique « Laudato si’ », lre pape s’est en effet rendu, dimanche 24 avril, vers 17h, au parc Borghese de Rome, à l’occasion du « Village de la Terre », un événement organisé du 22 au 25 avril par le Mouvement des Focolari (Mariapolis) et l’organisation Jour de la Terre en Italie (Earth Day Italia), et « Connect 4 Climate« . Les paroles du pape François ont été publiées par le Saint-Siège

Share


« Vous transformez des déserts en forêts », a dit le pape François lors d’une visite surprise au « Village de la Terre », pour la « Journée de la terre ».

 

Dans le sillage de son encyclique « Laudato si’ », lre pape s’est en effet rendu, dimanche 24 avril, vers 17h, au parc Borghese de Rome, à l’occasion du « Village de la Terre », un événement organisé du 22 au 25 avril par le Mouvement des Focolari (Mariapolis) et l’organisation Jour de la Terre en Italie (Earth Day Italia), et « Connect 4 Climate« . Les paroles du pape François ont été publiées par le Saint-Siège.

 

« En vous écoutant parler, il m’est venu à l’esprit deux images : le désert et la forêt. Je pensais : ces personnes, vous tous, prenez le désert pour le transformer en forêt. Ils vont là où il y a le désert, où il n’y a pas d’espoir, et font des choses qui transforment ce désert en forêt. La forêt est pleine d’arbres, est pleine de verdure, mais trop désordonnée… mais telle est la vie ! Et passer du désert à la forêt est un beau travail que vous faites », a déclaré notamment le pape François.

 

« Le désert est mauvais, c’est ce qui est au cœur de chacun de nous, ce qui est dans les villes, dans les banlieues », a-t-il souligné.

 

« Quelqu’un m’a dit une fois, a raconté le pape, que le mot conflit, en langue chinoise, est composé de deux signes : un signe qui dit ‘risque’ et un autre signe qui dit ‘opportunité’. Le conflit, il est vrai, comporte un risque, mais il est aussi opportunité. » Si vous ne risquez pas, « vous ne pouvez jamais être proches de la réalité : pour connaître la réalité, mais aussi la rencontrer avec cœur, vous avez besoin de vous approcher. Et approcher est un risque, mais aussi une opportunité »: « nous ne devons pas avoir peur de la vie » ni du « conflit ».

 

« Je vous donne un devoir à faire à la maison », a dit le pape: regardez « les visages des gens » dans la rue, et soyez des bâtisseurs « de l’amitié sociale ».

 

« Lorsqu’il n’y a pas d’amitié sociale, il y a toujours la haine, la guerre. Nous vivons une troisième guerre mondiale ‘en morceaux’, partout. Regardez la carte du monde et vous verrez cela », en revanche, l’amitié sociale implique  « le pardon ».

 

Le pape a aussi mis en garde contre « le dieu de l’argent »: « Aujourd’hui, au centre du monde, il y a le dieu de l’argent et ceux qui peuvent s’approcher pour adorer ce dieu s’approchent, ceux qui ne peuvent pas mettre fin à la faim, aux maladies, à l’exploitation… Pensez à l’exploitation des enfants, les jeunes. »

 

Au contraire, pour le pape, « la gratuité est un mot clé »: la gratuité aide à agir pour que « ce désert devienne forêt ».

 

Au Village de la Terre, le pape a été accueilli par Maria Voce, présidente du Mouvement des Focolari, et Jésus Moran, co-président, par les responsables romains du Mouvement, Antonia Testa et Donato Falmi, ainsi que par le président du Jour de la Terre en Italie, Pierluigi Sassi.

 

 

©  source : Zenit, 26 avril 2016

Share