19/10/2012

La liberté d’expression contribue à protéger les libertés religieuses


Faut-il limiter la liberté d’expression afin de protéger la religion? Alors que le débat se poursuit, Rebecca Cataldi, spécialiste de la résolution des conflits, envisage le problème à l’envers et explique comment la liberté d’expression contribue à protéger les libertés religieuses. Quelques semaines après qu’un film anti-islam réalisé par un Egyptien en Californie a suscité la controverse et parfois de vives protestations à travers le monde, les débats sur la liberté d’expression se poursuivent. Certains ont recommandé de limiter l’usage de la liberté d’expression…



Washington – Quelques semaines après qu’un film anti-islam réalisé par un Egyptien en Californie a suscité la controverse et parfois de vives protestations à travers le monde, les débats sur la liberté d’expression se poursuivent. Certains ont recommandé de limiter l’usage de la liberté d’expression pour vilipender les religions, à la fois pour respecter les sensibilités religieuses et pour protéger les vertus religieuses tel que le profond respect du sacré. Toutefois, il convient de se demander si liberté d’expression et respect des vertus religieuses sont par nature incompatibles ?

 

En tant que catholique américaine, j’ai été élevée dans l’idée que la liberté d’expression et les vertus religieuses sont importantes et que, utilisées à bon escient, elles peuvent se renforcer les unes les autres et non s’affaiblir.

 

De toute évidence, la liberté d’expression peut être employée pour blesser. Le film anti-islam est profondément insultant pour une belle religion. De même, les Américains ont été blessés de voir leur drapeau brûlé et d’entendre des slogans de haine tels que “ Nous détruirons l’Amérique comme ce drapeau ”. La liberté d’expression peut aussi être utilisée pour promouvoir d’injustes stéréotypes ou pour inciter à la responsabilité collective (ex: reprocher aux Etats-Unis ou au gouvernement américain le geste d’un réalisateur ou reprocher à l’islam la violence de certains groupes d’individus). Les lois sur la liberté d’expression aux Etats-Unis permettent de réaliser tout film ou autre document, quel qu’il soit (anti-islam, anti-chrétien ou anti-américain). Certains considèrent que ces lois représentent une menace pour la religion.

 

Toutefois, la liberté d’expression vise aussi à protéger la religion. Que faire si, par exemple, quelqu’un se sent insulté par l’islam et veut interdire qu’on en parle ou qu’on prêche cette religion? L’absence de liberté d’expression compromet d’autres libertés – y compris la liberté de pratiquer une religion.

 

En outre, si la liberté peut être malmenée de manière immorale, elle permet aussi la moralité. Respecter Dieu et la religion n’a guère de sens à moins d’avoir la liberté d’agir autrement. Ace titre, beaucoup de chrétiens et de musulmans croient que Dieu nous accorde le libre arbitre et qu’ensuite nous le lui soumettons librement. Sans liberté, nous n’avons rien à soumettre et donc nos chances de vraie piété nous sont confisquées.

 

Comment, dès lors, devons-nous réagir lorsque nos religions ou nos pays font l’objet d’insultes ou d’attaques ?

 

Tout d’abord, nous pouvons nous opposer aux tentatives visant à dépeindre, à tort, l’Amérique et les musulmans comme des ennemis. Le mois dernier, lors de l’attaque perpétrée contre le consulat américain à Benghazi, ce sont des Libyens qui ont tenté de porter secours à l’ambassadeur américain Christopher Stevens, qui ont dénoncé l’attentat et qui ont exprimé leur solidarité avec l’Amérique.

 

Dans le même temps, le gouvernement américain organisait les célébrations de l’Aïd, honorant les contributions des musulmans à l’Amérique et au monde entier. Nous pouvons nous associer à des initiatives comme le Projet d’amitié islamo-américain et le Soliva Connect Program qui visent à promouvoir la compréhension et la coopération interculturelles.

 

Ensuite, nous pouvons utiliser la liberté d’expression pour condamner le discours de haine et pour souligner les idées fausses. Cette semaine, suite à l’affichage d’annonces injurieuses à l’égard de l’islam dans les stations de métro de Washington, Sojourners, un groupe de chrétiens américains, a financé des contre-publicités faisant apparaître le texte suivant: ”Aimez votre voisin musulman”. En outre, à un arrêt, une personne a recouvert la pancarte injurieuse des mots suivants : « Si vous voyez quelque chose d’odieux, dites quelque chose de pacifique. »

 

Enfin, nous pouvons montrer au monde le meilleur de notre religion et de notre culture en prouvant que dénigrer est inutile. Le Coran enseigne que « Repousse [le mal] par ce qui est meilleur ; et voilà que celui pour lequel tu avais de l’animosité [deviendra] tel un ami dévoué » (41:34). Aux Etats-Unis, le 9/11 Day Movement (le mouvement de protestation contre le 11 septembre) a été lancé pour encourager les gens à accomplir de bonnes actions en hommage aux victimes du 11 septembre. L’an dernier, plus de 30 millions de personnes ont participé à des bonnes œuvres et à des services caritatifs en mémoire des victimes.

 

Qu’arriverait-il si chaque attentat ou chaque injure pouvait nous inciter à répondre par des gestes de bonté, à venir en aide aux autres et à rendre hommage aux plus belles valeurs de nos religions et cultures?

 

 

Rebecca Cataldi

 

 

______________

Rebecca Cataldi est une spécialiste de la résolution des conflits installée à Washington.

 

 

© Source : Service de Presse de Common Ground (CGNews), 19 octobre 2012, http://www.commongroundnews.org/

Reproduction autorisée.