08/12/2015

Le COE est profondément préoccupé par la violente confrontation entre Israël et la Palestine


Horrifié par les récents événements en Israël et en Palestine, le Comité exécutif du Conseil œcuménique des Églises s’est de nouveau exprimé, lors d’une réunion du Comité exécutif tenue du 13 au 18 novembre 2015 à Genève en Suisse, sur le rejet de la violence et de l’injustice, et il a réitéré son appel fréquent au respect des droits de la personne pour tous les habitants de cette région, quelle que soit leur identité nationale, ethnique ou religieuse. Le COE réaffirme la vision de Jérusalem comme ville ouverte, cité de deux peuples et lieu saint de trois religions.



Horrifié par les récents événements en Israël et en Palestine, le Comité exécutif du Conseil œcuménique des Églises (COE) s’est de nouveau exprimé sur « le rejet de la violence et de l’injustice par le COE », et il a réitéré « son appel fréquent au respect des droits de la personne pour tous les habitants de cette région, quelle que soit leur identité nationale, ethnique ou religieuse ». Ce geste est survenu durant la réunion du Comité exécutif tenue du 13 au 18 novembre 2015 à Genève, en Suisse.

 

Le Comité a exprimé sa profonde préoccupation concernant les violentes attaques ciblant des Israéliens et des Palestiniens, et sur les « mesures entraînant des divisions à long terme quant à l’accès à la mosquée d’Al-Aqsa et à d’autres lieux saints ». De telles mesures, souligne la déclaration, diminuent l’espoir de parvenir à la paix.

 

Le COE réaffirme « la vision de Jérusalem comme ville ouverte, cité de deux peuples et lieu saint de trois religions ».

 

 

* * *

Déclaration sur la situation en Israël et Palestine

 

 

Depuis longtemps, le Conseil œcuménique des Églises (COE) défend une vision de la paix dans la justice, en Israël et Palestine, fondée sur la reconnaissance mutuelle, le dialogue et la compréhension, ainsi que sur la mise en œuvre effective d’une solution comprenant deux nations – les Israéliens et les Palestiniens – vivant côte à côte en paix et en sécurité.
 
18 novembre 2015
 

Conseil œcuménique des Églises
COMITÉ EXÉCUTIF
Bossey, Suisse
13-18 Novembre 2015
Doc. No.
28 rev

 

Adopté

 

Quand il approcha de la ville et qu’il l‘aperçut, (Jésus) pleura sur elle. Il disait : « Si toi aussi tu avais su, en ce jour, comment trouver la paix… ! Mais hélas ! cela a été caché à tes yeux ! » (Luc 19, 41-42, TOB)

 

Depuis longtemps, le Conseil œcuménique des Églises (COE) défend une vision de la paix dans la justice, en Israël et Palestine, fondée sur la reconnaissance mutuelle, le dialogue et la compréhension, ainsi que sur la mise en œuvre effective d’une solution comprenant deux nations – les Israéliens et les Palestiniens – vivant côte à côte en paix et en sécurité.

 

C’est pourquoi le Comité exécutif du COE, réuni à Genève (Suisse) du 13 au 18 novembre 2015, exprime sa profonde préoccupation à propos des derniers événements, en Israël et Palestine, concernant de nouveaux attentats visant des personnes des deux communautés, ainsi qu’au sujet des dispositions impliquant la division à long terme de l’accès à la mosquée al-Aqsa et à d’autres lieux saints. Ces mesures compromettent encore davantage l’espoir de voir se réaliser cette vision.

 

On ne saurait tolérer ni la série de violents attentats visant des Israéliens, ni la réaction violente sous forme d’exécutions sans jugement qui a suivi. Cela ne fait que saper encore davantage les espoirs de paix, déjà fortement compromis par la poursuite de l’occupation illégale de territoires palestiniens, par la succession de restrictions et de contraintes, par les implantations de plus en plus nombreuses, par l’impunité et par les réactions inappropriées de la communauté internationale. Nous sommes profondément préoccupés à la pensée que l’accroissement de ce désespoir et de ces frustrations risque de provoquer d’autres vagues de violence incontrôlée aux conséquences tragiques pour la population de cette région.

 

Le Comité exécutif confirme le refus par le COE de la violence et de l’injustice et renouvelle son appel au respect des droits humains pour tous les habitants de cette région, quelle que soit leur appartenance nationale, ethnique ou religieuse. Nous redisons que le COE dénonce l’occupation comme obstacle principal à la paix. La fin de cette occupation est l’une des bases essentielles de toute paix durable et juste en Terre sainte. Tout retard dans ce domaine, ainsi que dans la mise en œuvre d’autres engagements antérieurs, ne pourra qu’entraîner une perte supplémentaire d’espoir et de confiance, pour le plus grand dommage des deux peuples.

 

La série actuelle des violences concerne en particulier Jérusalem et l’accès aux lieux saints. C’est pourquoi le Comité exécutif insiste sur la nécessité, pour tous les responsables politiques et religieux, de respecter le statu quo concernant la Terre sainte. Il ne faut pas que les lieux saints soient instrumentalisés dans la lutte politique entre le peuple palestinien et l’occupation israélienne. Le Comité réaffirme avec fermeté sa conception de Jérusalem ville ouverte, cité de deux peuples et ville sainte de trois religions.

 

Alors que l’on voit se renforcer la violence et s’accroître le désespoir, le Comité exécutif exprime sa solidarité envers tous ceux et toutes celles qui recherchent la paix dans la région, face une injustice inébranlable et inflexible. Nous prions pour le témoignage et le ministère des Églises et des chrétiens de Palestine qui poursuivent leur action en faveur de la paix entre les communautés, de la fin de l’occupation, de la réalisation des aspirations nationales légitimes du peuple palestinien, de la justice et de la paix dans les relations entre Palestiniens et Israéliens, ainsi qu’entre Musulmans, Juifs et Chrétiens. Nous exigeons l’accroissement du soutien œcuménique international en vue du maintien de la présence et du ministère de la communauté chrétienne palestinienne et des Églises dans cette région.

 

Dans ce contexte, le Comité exécutif insiste particulièrement sur l’importance de l’engagement du COE dans l’accompagnement des Églises et des populations de cette région, notamment à travers le Centre inter Églises de Jérusalem (JIC), le Forum œcuménique Palestine Israël (PIEF) et le Programme œcuménique d’accompagnement en Palestine et en Israël (EAPPI).

 

Nous appelons une fois de plus la communauté internationale à veiller à la mise en œuvre de tous les engagements et de toutes les résolutions des Nations Unies relatives à ces questions et à agir résolument en vue d’une paix juste et durable en Israël et en Palestine, sans se borner à traiter les symptômes de frustration et de déception issus de l’inactivité, mais en allant aux causes qui sont à la racine de ce conflit tragique.

 

 

 

© Source : Conseil œcuménique des Eglises. 18 novembre 2015 (version française le 8 décembre 2015)