17/1/2014

Œcuménisme : se concentrer sur l’annonce de l’amour




Se concentrer sur le centre de la foi, l’amour de Dieu : « il faut que notre témoignage se concentre sur le centre de notre foi, sur l’annonce de l’amour de Dieu ». C’est ce qu’a souligné ce vendredi matin 17 janvier 2014 le Pape François lors de l’audience à la délégation œcuménique finlandaise à l’occasion de la fête de Saint-Henri, patron de la Finlande. Le Pape a mis l’accent sur l’importance de l’œcuménisme spirituel et sur le témoignage commun des chrétiens, spécialement dans des contextes comme celui de l’Europe, où la référence à Dieu est toujours de moins en moins présente.

 

Dans notre société la dimension transcendante est moins présente

 

« Peut-être le Christ a-t-il été divisé ? » Le Pape François a développé son discours en partant de l’interrogation se trouvant au centre de la Semaine de Prière pour l’Unité des Chrétiens de cette année. « La même question » , a-t-il observé, nous est aujourd’hui adressée, surtout « devant certaines voix qui ne reconnaissent plus l’unité pleine et visible de l’Eglise comme un objectif à poursuivre ».

 

Le Pape a donc encouragé « à ne pas se désister » dans « l’effort œcuménique, fidèles à ce que le Seigneur Jésus a lui-même invoqué de la part du Père : que nous formions tous une seule chose. « À l’heure actuelle, le chemin œcuménique et les relations entre les chrétiens sont également en train de traverser des changements significatifs, dus en premier lieu au fait que nous professons notre foi dans un contexte de société et de culture où la référence à Dieu et à tout ce qui rappelle la dimension transcendante est de moins en moins présente. Nous le remarquons surtout en Europe, mais pas seulement ».

 

C’est justement pour cela, a poursuivi le Pape « qu’il faut que notre témoignage se concentre sur le centre de notre foi, sur l’annonce de l’amour de Dieu qui s’est manifesté par le Christ, son fils ». Ici, a-t-il ajouté, nous trouvons « un endroit pour croître dans la communion et dans l’unité, entre nous, en promouvant l’œcuménisme spirituel qui naît directement du commandement de l’amour laissé par Jésus à ses disciples ».

 

Il affirme ensuite que le Concile Vatican II faisait également référence à une telle dimension spirituelle. « L’œcuménisme est de fait un processus spirituel qui se réalise par l’obéissance fidèle au Père, par l’accomplissement de la volonté du Christ et sous la direction de l’Esprit Saint. Par conséquent, nous invoquons sans relâche l’aide de la grâce de Dieu et l’illumination de l’Esprit Saint qui nous introduit à la vérité toute entière, porteuse de réconciliation et de communion ».

 

 

 

© Source : Vatican news. 17 janvier 2014

 

 

 

*****

Œcuménisme : se concentrer sur l’annonce de l’amour

 

Le pape reçoit une délégation luthérienne de Finlande

 

 

Le témoignage œcuménique « doit se concentrer sur le cœur de la foi, sur l’annonce de l’amour de Dieu qui s’est manifesté dans le Christ », déclare le pape François, qui encourage à « un œcuménisme spirituel ».

 

Le pape a reçu le 17 janvier 2014 une délégation œcuménique de l’Église luthérienne de Finlande, à l’occasion de son pèlerinage annuel à Rome, pour célébrer saint Henri, patron du pays (16 janvier).

 

Allocution du pape François

 

Chers frères et amis de Finlande,

 

« À vous grâce et paix de par Dieu notre Père et le Seigneur Jésus Christ » (Rm 1,7). Je vous souhaite une chaleureuse bienvenue, comme l’ont fait depuis plus de 25 ans mes prédécesseurs, le bienheureux Jean-Paul II et Benoît XVI, en accueillant la visite de vos délégations œcuméniques, à l’occasion de la fête de saint Henri, patron de la Finlande.

 

Aux membres de la communauté de Corinthe, marquée par des divisions, l’apôtre demande : « Le Christ est-il divisé ? » (1 Co 1,13). Cette question a été choisie comme thème de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, qui commencera demain ; aujourd’hui, c’est à nous que s’adresse cette question. Face à certaines voix qui ne considèrent plus l’unité pleine et visible de l’Église comme un objectif à poursuivre, nous sommes invités à ne pas renoncer à nos efforts œcuméniques, fidèles à la prière que le Seigneur Jésus a adressée à son Père : que « tous soient un » (Jn 17,21).

 

À l’heure actuelle, la voie de l’œcuménisme et les relations entre chrétiens connaissent des changements importants, dus tout d’abord au fait que nous professons notre foi dans un contexte social et culturel où la référence à Dieu, et à tout ce qui rappelle la dimension transcendante de la vie, est de moins en moins présente. C’est surtout vrai en Europe, mais pas uniquement.

 

C’est précisément pour cette raison que notre témoignage doit se concentrer sur le cœur de notre foi, sur l’annonce de l’amour de Dieu qui s’est manifesté dans le Christ, son Fils. Il y a là un espace pour grandir dans la communion et l’unité entre nous, en encourageant un œcuménisme spirituel qui vient directement du commandement de l’amour laissé par Jésus à ses disciples. Le concile Vatican II se référait aussi à cette dimension : « Cette conversion du cœur et cette sainteté de vie, ensemble avec les prières publiques et privées pour l’unité des chrétiens, doivent être regardées comme l’âme de tout l’œcuménisme et peuvent à bon droit être appelées œcuménisme spirituel » (Décr. Unitatis redintegratio, 8). En effet, l’œcuménisme est un processus spirituel qui se réalise dans l’obéissance fidèle au Père, dans l’accomplissement de la volonté du Christ et sous la conduite de l’Esprit-Saint.

 

Invoquons donc sans nous lasser l’aide de la grâce de Dieu et l’illumination de l’Esprit-Saint, qui nous introduit dans la vérité tout entière, porteuse de réconciliation et de communion.

 

Je vous souhaite à nouveau une chaleureuse bienvenue et j’invoque de tout cœur la bénédiction de Dieu sur vous, sur tous les chrétiens de Finlande et sur votre pays.

 

 

 

Traduction d’Hélène Ginabat

© Source : Zenit. 17 janvier 2014