26/9/2014

Le premier travail de l’Eglise est de soigner les blessures


Le pape François a reçu les participants à l’Assemblée générale du mouvement des Focolari, le 26 septembre 2014 au Vatican. Il a invité à participer à la nouvelle étape d’évangélisation que l’Église est appelée à effectuer cinquante ans après Vatican II, en témoignant de l’amour de Dieu pour chaque personne, à commencer par les plus pauvres et les exclus. Pour évangéliser il faut aussi sortir, devenir des experts dans l’art du dialogue qui ne s’acquiert pas à bon marché.



Pas de byzantinisme, dit le pape au mouvement des Focolari

 

 

Pas de « byzantinisme philosophique, théologique, spirituel » dans l’Eglise, alors qu’il y a « tant de blessures » dans le monde : c’est ce que souhaite le pape, qui rappelle que le premier travail de l’Eglise, hôpital de campagne, est de « soigner les blessures, pas de contrôler le cholestérol… cela vient après… ».

 

Le pape François a reçu les participants à l’Assemblée générale du mouvement des Focolari, ce vendredi matin, 26 septembre 2014, en la salle Clémentine du Vatican.

 

Il leur a confié trois paroles : contempler, sortir, faire école. L’humanité a en effet « plus que jamais besoin de contempler Dieu et les merveilles de son amour », a-t-il expliqué.

 

Mais contempler c’est aussi « vivre en compagnie des frères et sœurs, rompre avec eux le Pain de la communion et de la fraternité, franchir ensemble la porte qui conduit au Père », car « la contemplation qui se fait sans les autres est un mensonge », un « narcissisme » (Evangelii gaudium, 281).

 

La contemplation, qui permet « d’élargir son intériorité à la mesure de Jésus » est « la condition indispensable pour une présence solidaire et une action efficace », a insisté le pape.

 

Sortir, la seconde parole, nécessite d’être « expert dans l’art qui s’appelle “dialogue” et qui ne s’apprend pas à bon marché », ni ne se contente « de demi-mesures, d’hésitations », a-t-il poursuivi.

 

Il s’agit aussi de « sortir avec courage » là où le Christ « attend », « dans les épreuves et les gémissements des frères, dans les plaies de la société et dans les interrogations de la culture d’aujourd’hui ».

 

Pour le pape en effet « cela fait mal au cœur » de voir des chrétiens faire « du byzantinisme philosophique, théologique, spirituel », alors que devant leur église, il y a « tant de blessures, blessures morales, existentielles, de guerre ». La « première tâche » de l’Eglise, hôpital de campagne, est de « soigner les blessures, pas de contrôler le cholestérol… cela vient après… ».

 

Enfin, la troisième parole, « faire école », signifie « former les hommes et les femmes » des nouvelles générations à ce service d’évangélisation. Cette école doit être « une école d’humanité à la mesure de l’humanité de Jésus, l’Homme nouveau que les jeunes peuvent regarder, dont ils peuvent s’éprendre, et qu’ils peuvent suivre pour faire face à leurs défis », a ajouté le pape.

 

Le mouvement des Focolari, leur a-t-il aussi déclaré, a reçu de l’Esprit-Saint « le charisme de l’unité que le Père veut donner à l’Eglise et au monde » : « Faites don à tous de ce trésor ! », les a-t-il exhortés.

 

Les Focolari sont en effet appelés à contribuer à la « nouvelle étape de l’évangélisation » que l’Eglise est en train de vivre pour « témoigner de l’amour de Dieu à toute personne humaine ».

 

Leur participation doit se faire « avec créativité et gratuité », deux conditions qui « vont ensemble », a souligné le pape : « on ne peut avancer sans créativité » et le sens de la gratuité est essentiel car « la Rédemption s’est faite dans la gratuité. Le pardon des péchés ne peut pas se “payer”. Le Christ l’a “payé” une fois, pour tous ». Il s’agit de donner « gratuitement » ce que l’on a reçu « gratuitement ».

 

Il a également rendu hommage à Chiara Lubich, fondatrice du mouvement, « témoin extraordinaire » qui « dans son existence féconde a apporté le parfum de Jésus à tant de réalités humaines et tant de parties du monde ». 

 

 

© Source : Zenit. 26 septembre 2014

 

 

 

*****

Le Pape appelle les Focolari

à soigner les blessures de l’humanité