21/11/2014

L’éducation est un moyen puissant pour une culture de paix


Lors d’une rencontre le vendredi 21 novembre avec Joachim Herrmann, Ministère de l’Intérieur de Bavière mais aussi Chevalier de l’Ordre du Saint Sépulcre, le Patriarche Fouad Twal a évoqué les tensions actuelles à Jérusalem et a rappelé l’importance de l’éducation pour construire une nouvelle société et faire advenir une culture de paix. « Nous croyons au pouvoir de l’éducation. C’est là notre arme la plus puissante… L’école est le lieu le plus propice à la coexistence et au dialogue pour la formation d’une nouvelle culture de paix. »



JERUSALEM – Lors d’une rencontre ce vendredi 21 novembre avec Joachim Herrmann, Ministère de l’Intérieur de Bavière mais aussi Chevalier de l’Ordre du Saint Sépulcre, le Patriarche Fouad Twal a évoqué les tensions actuelles à Jérusalem et a rappelé l’importance de l’éducation pour construire une nouvelle société et faire advenir une culture de paix.

 

Un échange chaleureux au cours duquel le Patriarche a fait part de ces inquiétudes au regard de l’actualité. « Ces dernières semaines, la situation a pris des proportions de plus en plus inquiétantes. Nous faisons partie de ce pays et nous souffrons avec lui. Ce que nous souhaitons, c’est que le dernier mot ne soit pas laissé aux extrémistes. »

 

« Les troubles ont commencé à redoubler de violence quand Israël a permis aux Juifs religieux de se rendre sur l’Esplanade des Mosquées. Les Juifs ont touché là au lieu le plus sensible pour les Musulmans. Un des lieux les plus sacrés, qui est la clé de la paix ou du chaos sur cette terre. La coexistence religieuse à Jérusalem sera le terreau soit de plus de paix, soit de plus de violences au Moyen Orient et dans le monde. L’enjeu est immense. »

 

Le Patriarche a salué la nouvelle d’une prochaine interdiction pour les Juifs religieux de visiter le l’esplanade des Mosquées, une mesure qui permettra « d’apaiser les tensions actuelles ». Mgr Shomali a rappelé dans ce sens la rencontre du 12 novembre dernier entre le premier ministre israélien Netanyahou et le roi Abdallah de Jordanie, une réunion durant laquelle Netanyahou s’est engagé à respecter les droits des Musulmans à venir prier, et d’observer le statu quo qui place le Lieu saint sous protection jordanienne. Depuis cette réunion, aucune limite d’âge n’a été imposée pour la prière du vendredi à Al-Aqsa.

 

Le Patriarche Fouad a par ailleurs condamné avec inquiétude la décision du Premier Ministre israélien d’armer les citoyens israéliens habitant Jérusalem. « Cette décision n’encourage ni la confiance mutuelle, ni la coexistence pacifique, ni la collaboration entre les deux peuples. Confions la sécurité à la Police et non pas à chaque citoyen. Si notre Terre est Sainte, faisons donc œuvre de justice, rétablissons la confiance par le respect de la dignité de chacun. Nous voulons la Paix pour tous, la Paix ne viendra jamais pour un seul peuple, qui s’est entouré des murs qu’il a construits. Les murs physiques sont le signe visible de ces murs de haine, de peur et de méfiance qui habitent les cœurs des hommes. »

 

Sa Béatitude a également condamné les punitions collectives infligées par Israël, notamment la destruction des maisons des familles des attaquants. « De telles pratiques ne font que semer davantage de haine et de violence ».

 

Ont été également évoqués les problèmes de l’accès libre au Lieux Saints mais aussi de la réunification des familles séparées par le Mur de Séparation, et notamment de la « loi sur la citoyenneté et l’entrée en Israël » (2003), ne permettant pas au conjoint qui n’est pas originaire de Jérusalem, de venir vivre auprès de sa famille dans la ville sainte. « Des lois inhumaines » a souligné sa Béatitude.

 

Le Patriarche a d’autre part partagé sa visite à Gaza au lendemain de la guerre début novembre. Dans un paysage presque apocalyptique, où les ânes servent désormais de taxis et de moyens de transport, il a été frappé par ces milliers d’enfants courant dans les rues. « 70% des écoles ayant été détruites, l’éducation se fait sur trois tours dans la journée dans les seules écoles qui restent ».

 

Et le Patriarche de dire : « Nous croyons au pouvoir de l’éducation. C’est là notre arme la plus puissante. Nous avons trois écoles à Gaza, elles accueillent tous les enfants chrétiens, qui représentent environ 10% des élèves, et les autres 90% sont musulmans. A l’école, les enfants apprennent ensemble, jouent ensemble, mangent ensemble. C’est le lieu le plus propice à la coexistence et au dialogue pour la formation d’une nouvelle culture de paix. » Il a invité le Ministre et sa délégation à continuer à collaborer pour l’avènement de la paix au moyen de l’éducation, en présentant notamment les besoins de l’Université Américaine de Madaba où des bourses d’études en Allemagne seraient de grand soutien pour les étudiants.

 

Le Patriarche et son Vicaire ont enfin remercié avec gratitude l’Eglise allemande, et de manière spéciale la proximité fraternelle du Cardinal Reinhard Marx, ainsi que la solidarité et l’amitié de la Lieutenance allemande.

 

 

 

Myriam Ambroselli

© Source : Patriarcat latin de Jérusalem. 21 novembre 2014