25/9/2017

LES ECURIES D’AUGIAS


Le recours de dirigeants politiques à de grandes lessives répond à un projet de pureté toujours proclamée, rarement obtenue, jamais durable. Et il y a fort à penser que les volontés actuelles, tout à fait louables, de faire le ménage dans les milieux politiques à la première suspicion d’illégalité rejoignent l’aspiration générale à être entourés de Messieurs Propres



Le recours de dirigeants politiques à de grandes lessives répond à un projet de pureté toujours proclamée, rarement obtenue, jamais durable. Et il y a fort à penser que les volontés actuelles, tout à fait louables, de faire le ménage dans les milieux politiques à la première suspicion d’illégalité rejoignent l’aspiration générale à être entourés de Messieurs Propres.

 

La Mythologie présentait déjà cette grande illusion. Le neuvième travail Hercule, le nettoyage des écuries d’Augias, fut réalisé en détournant deux fleuves. Leurs flots emportèrent la masse d’excréments nauséabonds qui depuis trente ans empuantaient le pays et asphyxiaient ses cultures. La sagesse antique a parlé : à grandes purifications entrepreneurs d’exception et moyens colossaux !

 

La symbolique de l’exploit herculéen éclairerait-elle les atroces nettoyages, Grandes purges, Purifications ethniques, génocides, qui jalonnent l’Histoire ? Opposants ou populations considérés comme, des ordures à soumettre à des programmes d’extermination servis par des raz de marée idéologiques ou expansionnistes. Parfois une sorte d’amnésie collective jette un voile d’oubli sur ces horreurs. Ainsi des conquêtes invasives du Nouveau Monde avec l’élimination des autochtones par les armes et par l’alcool. Massacres des Caraïbes par les colonisateurs de nos Antilles actuelles … et autres Nettoyages à plus ou moins grande échelle qui souillèrent ô combien ceux qui les commirent sans remords ni états d’âme. Le dossier de ces ignominies révèle toujours l’influence des mêmes démons. La Terreur, Hitler, Staline, Mao, Pol Pot, jalonnent cette épouvantable tradition. Et quand les éliminations se décident au nom de la défense de la foi, La Saint Barthélémy et les guerres de religion, souvent manipulées par des visées politiques, torturent et assassinent sans pitié hérétiques et infidèles. Aujourd’hui ne fait hélas pas exception Visées hégémoniques, exactions de Daech, massacre des Rohingyas en Birmanie, perpétuent l’infamie … fut-ce chez l’extrémisme musulman au nom d’Allah avec la volonté délibérée d’éradiquer de la surface de la planète – et jusqu’à à l’intérieur de l’Islam ! – ceux qui ne partagent pas sa vision sélective du Coran !

 

Pourtant l’homme est ainsi fait qu’il résiste – non sans mal – à ces nettoyages infernaux et à leurs cyniques lavandiers. Tout se passe en fin de compte comme si les entreprises de liquidation portaient en elles les germes de leur propre disparition, même quand les crimes commis marquent les corps, les cœurs les mémoires, de blessures ineffaçables. Animés par la ferme volonté de mettre hors d’état de nuire les insupportables négations d’humanité, des résistants finissent toujours par se lever pour combattre les tyrannies, avec souvent le courage de prendre les armes de la paix. Un village palestinien régulièrement détruit ne cesse ainsi d’être reconstruit par ses habitants ; des personnes et des groupes luttent, tenaces, contre les racismes et les xénophobies, leur opposant le respect des droits humains, des diversités et le dialogue. Sans naïveté ces humanistes tissent des médiations là où les conflits paraissaient anéantir toute perspective de paix. Hier le combat en Afrique du Sud contre l’apartheid. Aujourd’hui une réconciliation nationale en Colombie, inespérée après des années de conflits meurtriers. Demain la paix au Moyen Orient avec d’autres appuis que ceux de succès militaires ? Puissent ces options pour l’homme avoir raison des tentations récurrentes de solutions finales et animer les façons de considérer et de traiter les opposants … jusqu’à inspirer les volontés actuelles de moralisation de la vie politique ! Aucun rapport direct, certes, avec l’exploit d’Hercule aux écuries d’Augias mais une invitation à ne pas s’en tenir à la lutte, légitime, contre des entorses même vénielles à la morale publique, afin de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain ! Le souci du bien commun ne devrait-il pas en effet ouvrir la possibilité de recours éventuels à des compétences utiles pour le pays ? Le message de la parabole du bon grain mêlé à l’ivraie1 invite à se garder du risque d’arracher les deux à la fois ! Une question pour ceux qui souhaiteraient laver plus blanc que blanc ?

 

 

Père Michel Dagras