21/4/2015

Les leaders religieux d’Afrique de l’Ouest s’unissent contre l’extrémisme religieux


Dans le cadre de la réalisation du projet sous régional sahélien que finance le gouvernement américain, une conférence régionale a ouvert ses travaux le lundi 21 avril 2015 à Ouagadougou, rassemblant les leaders religieux du Niger, du Tchad et du Burkina Faso qui vont ensemble réfléchir sur la question de leur engagement pour le développement communautaire, avec un accent particulier pour la jeunesse. Ils ont prié en faveur de l’entente, la tolérance et l’acceptation des différences.



Dans le cadre de la réalisation du projet sous régional sahélien que finance le gouvernement américain, une conférence régionale a ouvert ses travaux le lundi 21 avril matin à Ouagadougou. Elle rassemble dans la capitale burkinabè et ce pour trois jours, les leaders religieux du Niger, du Tchad et du Burkina Faso. Ceux-ci vont ensemble réfléchir sur la question de leur engagement pour le développement communautaire, avec un accent particulier pour la jeunesse.

 

Soutenue par l’organisation non gouvernemental « Paix à travers le développement » basé au Niger, cette conférence ambitionne de renforcer l’autonomisation des jeunes de la région auprès desquels les leaders se savent investis pour jouer un rôle d’encadrement. Selon le ministre de l’administration territoriale et de la sécurité, « la quête de la paix doit impliquer tout le monde, mais les leaders religieux peuvent jouer un rôle spécifique vu la force qu’ont leurs  idées, leurs expressions et leurs enseignements, de forger les modes d’expression et de pensée de leur fidèles ».

 

Les leaders religieux qui sont tous unanimes que chaque composante de la société doit jouer sa partition pour l’avènement d’une sous-région de paix, ont à l’entame des travaux et tour à tour, prié en faveur de l’entente, la tolérance et l’acceptation des différences. 

 

L’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique, présent à la cérémonie d’ouverture, a exhorté les participants et les a invités à « aider les jeunes à trouver des alternatives heureuses face aux propositions que leur présentent les  extrémistes ». « La paix est une option pour la vie, et elle n’est pas une donnée permanente » a-t-il dit.

 

La présente conférence qui offrira un espace où les participants recevront des communications, poursuivra ses objectifs à travers des travaux que les participants monnaieront en petits groupes. Ils trouveront sans doute les réponses à certaines questions dont entre autres, celle du « pourquoi les jeunes risquent leur vie en s’engageant avec des groupes terroristes ? »

 

Les conclusions des travaux permettront l’enregistrement d’un élément sonore éducatif qui sera radio diffusé dans la sous-région. Tout le monde le sait, les jeunes ont soif de programmes socio-économico-politiques qui les mettent en phase avec  leurs réalités. L’absence de réponse adéquate à ces attentes, conduit aux désagréments de tous genres qu’occasionne souvent  le comportement de la jeunesse. Les leaders religieux sont donc convaincus que la « promotion de la paix passe par celle d’une jeunesse saine », et c’est pour cette raison qu’ils veulent s’engager dans la recherche des arguments forts qui  les aident à ne pas mordre aux appâts des  propositions fallacieuses et dangereuses des groupes extrémistes.

 

 

 

© Source : Radio Vatican. 21 avril 2015

Crédit photo : Les Chefs religieux du Niger, du Tchad et du Burkina-Faso lors de leur rencontre – RV