18/2/2014

L’œcuménisme, essentiel en Egypte




En Egypte, les chefs et représentants des principales confessions chrétiennes du pays se réunissent en assemblée en la cathédrale copte-orthodoxe Saint-Marc au Caire. Ils célèbrent le premier anniversaire de la création du Conseil national des Eglises chrétiennes. Il y a un an en effet, les chefs de cinq Eglises, la copte-orthodoxe, la copte-catholique, la grecque-orthodoxe, la protestante et l’anglicane, s’étaient réunis en ce même lieu pour porter sur les fonts baptismaux cette institution fortement œcuménique dans un pays majoritairement musulman et en pleine tourmente révolutionnaire.

 

Un an seulement d’existence et déjà des signes encourageants pour ce conseil national des Eglises chrétiennes en Egypte. « L’institution de ce conseil a été très important pour nous tous, explique l’évêque copte-catholique d’Assiout, Mgr Kyrillos William. Nous pouvons déjà en mesurer les effets au niveau local ». Et de citer la semaine de prière pour l’unité des chrétiens, pendant laquelle les fidèles ont été contents de voir prier ensemble les chefs des différentes confessions chrétiennes. « Cette année, pour la première fois, poursuit l’évêque, un évêque copte-catholique a prié dans une église copte-orthodoxe. Ca n’était jamais arrivé ».

 

Comment fonctionne le conseil national des Eglises chrétiennes en Egypte

 

Ce nouveau climat entre les chrétiens égyptiens serait dû à la bonne volonté et à l’ouverture du patriarche copte-orthodoxe Tawadros II, par ailleurs engagé dans une réforme du mode d’élection du chef de la plus importante communauté chrétienne en Egypte.

 

Le conseil national des Eglises chrétiennes compte un comité de présidence, un secrétariat général et un comité exécutif ainsi que quinze commissions dédiées à des questions et des domaines spécifiques qui se mettent en place petit à petit. Parmi ces commissions, une est consacrée à la théologie et pourrait aborder très vite des thèmes controversés comme le baptême que les coptes-orthodoxes administrent aux chrétiens des autres confessions qui intègrent leur Église. Selon le père Bishoy Elmy, prêtre copte-orthodoxe, il existe quinze questions doctrinales et théologiques controversées qui peuvent être discutées entre copte-orthodoxe et catholiques.

 

Enfin, dans un pays dont le contexte politique est des plus mouvants, le conseil des Eglises ne veut pas prendre position. Pas question de conditionner les chrétiens dans leurs opinions mais, en tant que citoyens, ils ont certes le devoir de s’exprimer quand le bien du pays est en jeu.

 

 

 

© Source : Vatican news. 18 février 2014

Photo: l’église copte orthodoxe de la Vierge Marie au Caire

Share