01/9/2014

Match pour la paix : « de frères à frères »


Le 1er septembre 2014, quelques heures avant le « match interreligieux pour la paix » organisé au Stade olympique de Rome, le pape François a reçu les participants en la salle Paul VI du Vatican. Le pape s’est réjoui de cet évènement sportif hautement symbolique pour la construction d’une culture de la rencontre et d’un monde de paix, où les croyants de diverses religions, en conservant leur identité, puissent vivre ensemble en harmonie et dans le respect réciproque.



Quand sport et religion s’unissent

 

 

« Élargissez vos cœurs de frères à frères ! » : c’est l’exhortation du pape François qui invite religion et sport à « collaborer » pour « l’édification d’une civilisation fondée sur l’amour, sur la solidarité et sur la paix ».

 

Quelques heures avant le « match interreligieux pour la paix » organisé ce soir au Stade olympique de Rome, le pape François a reçu les participants en la salle Paul VI du Vatican, à 16h ce 1er septembre 2014.

 

Inspiré par le pape, ce match amical verra s’affronter à 20h45 des champions du football international représentant diverses cultures et religions, pour la cause de la paix dans le monde.

 

Le pape s’est réjoui de cet évènement sportif « hautement symbolique » pour la construction d’une « culture de la rencontre et d’un monde de paix, où les croyants de diverses religions, en conservant leur identité, puissent vivre ensemble en harmonie et dans le respect réciproque ».

 

Il a encouragé le monde du sport à « favoriser la loyauté, le partage, l’accueil, le dialogue, la confiance en l’autre », des valeurs qui « rapprochent toute personne indépendamment de la race, de la culture et de la foi ».

 

« Avec ce match d’aujourd’hui, vous direz “non” à toute discrimination », leur a également déclaré le pape, soulignant que les religions « sont appelées à véhiculer la paix et jamais la haine, car au nom de Dieu on ne peut apporter que l’amour ».

 

* * *

 

Discours du pape François

 

Chers amis, bonsoir !

 

Je suis heureux de vous rencontrer à l’occasion du match interreligieux pour la paix, que vous jouerez ce soir au Stade olympique de Rome. Je vous remercie parce que vous vous êtes promptement ralliés à mon désir de voir des champions et des entraîneurs de divers pays et religions se confronter lors d’une compétition sportive, pour témoigner des sentiments de fraternité et d’amitié. J’exprime en particulier ma reconnaissance aux personnes et aux réalités qui ont contribué à la réalisation de cet événement. Je pense spécialement à la “Scholas occurrentes”, qui œuvre au sein de l’Académie pontificale des sciences, et à la “Fondation Pupi Onlus”.

 

Le match de ce soir sera certainement l’occasion de recueillir des fonds pour soutenir des projets de solidarité, mais surtout de réfléchir sur les valeurs universelles que le football et le sport en général peuvent favoriser : la loyauté, le partage, l’accueil, le dialogue, la confiance en l’autre. Il s’agit de valeurs qui rapprochent toute personne indépendamment de la race, de la culture et de la foi religieuse. L’évènement sportif de ce soir est un geste hautement symbolique pour faire comprendre qu’il est possible de construire la culture de la rencontre et un monde de paix, où les croyants de religions diverses, en conservant leur identité – car quand j’ai dit “indépendamment” cela ne signifie pas “laisser de côté”: non – les croyants de religions diverses, conservant leur identité, puissent vivre ensemble en harmonie et dans le respect réciproque.

 

Nous savons tous que le sport, en particulier le football, est un phénomène humain et social qui a beaucoup d’importance et d’incidence dans les coutumes et dans la mentalité contemporaine. Le monde, spécialement les jeunes, vous regarde avec admiration pour vos capacités athlétiques : il est important de donner un bon exemple, sur le terrain comme hors du terrain. Dans les compétitions sportives vous êtes appelés à montrer que le sport est joie de vivre, jeu, fête, et comme tel doit être valorisé en retrouvant sa gratuité, sa capacité de nouer des liens d’amitié et d’ouverture des uns envers les autres. Par vos attitudes quotidiennes, chargées de foi et de spiritualité, d’humanité et d’altruisme, vous pouvez rendre un témoignage en faveur des idéaux de coexistence pacifique civile et sociale, pour l’édification d’une civilisation fondée sur l’amour, sur la solidarité et sur la paix. Et cela est la culture de la rencontre : travailler ainsi.

 

Que la rencontre de football de ce soir puisse raviver en ceux qui y prendront part la conscience de la nécessité de s’engager pour que le sport apporte une contribution valide et féconde à la coexistence pacifique de tous les peuples, en excluant toute discrimination de race, de langue, et de religion. Vous savez que discriminer peut être synonyme de “mépriser”. La discrimination est un mépris, et avec ce match d’aujourd’hui, vous direz “non” à toute discrimination. Les religions, en particulier, sont appelées à véhiculer la paix et jamais la haine, car au nom de Dieu on ne peut apporter que l’amour. Religion et sport, compris de cette façon authentique, peuvent collaborer et offrir à toute la société des signes éloquents de cette nouvelle ère où les peuples “ne lèveront plus l’épée l’un contre l’autre” (cf. Is 2,4).

 

En cette occasion si particulière et significative, qui est le match de football de ce soir, je désire vous remettre à vous tous ce message : élargissez vos cœurs de frères à frères ! C’est l’un des secrets de la vie : élargir les cœurs de frères à frères ; c’est aussi la dimension la plus profonde et authentique du sport. Merci.

 

 

 

Traduction de Zenit, Anne Kurian

© Source : Zenit. 1er septembre 2014