25/4/2017

Pax Christi international porte les voix des palestiniens devant le Service de l’Action Extérieure de l’Union Européenne


Le 21 avril, une délégation de Pax Christi International composée de Mme Marie Dennis (co-Présidente), Mme Rania Giacaman Murra (de notre organisation membre de Bethléem et membre du Bureau International), et Mme Alice Kooij Martinez (Responsable de plaidoyer) a rencontré les services de l’action externe de l’Union Européenne (EEAS), le bureau de la Haute Représentante de l’Union Européenne Federica Mogherini, pour y porter les voix des Palestiniens.



Le 21 avril, une délégation de Pax Christi International composée de Mme Marie Dennis (co-Présidente), Mme Rania Giacaman Murra (de notre organisation membre de Bethléem et membre du Bureau International), et Mme Alice Kooij Martinez (Responsable de plaidoyer) a rencontré les services de l’action externe de l’Union Européenne (EEAS), le bureau de la Haute Représentante de l’Union Européenne Federica Mogherini, pour y porter les voix des Palestiniens.

 

Cette rencontre faisait suite à notre action de mise en ligne en février d’une pétition demandant à la Haute Représentante de l’Union Européenne de prendre plus fortement position vis-à-vis du Gouvernement Israélien en condamnant la légalisation des colonies illégales sur les terres palestiniennes et en la considérant incompatible avec la clause des Droits de l’Homme de l’accord d’association Union Européenne – Israël.

 

Nos interlocuteurs se sont montrés ouverts à la situation des Palestiniens et ont mis en valeur le travail que des ONG comme la nôtre réalisent pour faire avancer le processus de paix. La délégation a été en mesure de présenter le travail de Pax Christi International, comme notre pétition en ligne et notre déclaration de décembre, et a aussi soulevé les questions suivantes vis-à-vis de l’EEAS :

 

* La situation des Palestiniens, chrétiens y compris, continue à se détériorer à cause des violations du droit international qu’ils subissent du fait de l’insistance d’Israël à être reconnu comme un Etat juif et de la légalisation des colonies.

 

* L’Union Européenne devrait prendre davantage position en prenant des mesures qui peuvent faire pression sur le gouvernement israélien, au travers par exemple du Conseil d’Association Union Européenne – Israël, ou des priorités de ce partenariat à la lumière de la politique de l’Union Européenne vis-à-vis de ses Etats voisins,

 

* La situation des militants des Droits de l’Homme s’aggrave à cause de la nouvelle loi israélienne interdisant aux militants de BDS l’accès au pays. Référence a été faite à une question soulevée l’an dernier au Parlement Européen concernant l’emprisonnement de l’un de nos membres,

 

* La Haute Commissaire pourrait soutenir les militants des Droits de l’Homme en se prononçant sur l’aggravation de leur situation et sur sa position au regard de la nouvelle loi anti-BDS, par exemple via des déclarations et lors de rencontres bilatérales avec le gouvernement israélien,

 

* L’union Européenne pourrait, associée avec ses partenaires, prendre des mesures pour un nouveau processus de paix conduisant à une paix juste et durable pour les Palestiniens et les Israéliens conformément à la stratégie globale de l’union Européenne et aux déclarations diverses de l’Union Européenne, même s’il y a des pressions négatives de quelques gouvernements,

 

* Notre mouvement continuera à surveiller de près la situation des Palestiniens, la nouvelle loi anti-BDS, et les résolutions politiques qui pourraient être prises, et nous demandons avec insistance à la Haute Représentante et à ses services de faire de même, même en ces périodes de conflits nombreux et de changements géopolitiques.

 

De plus, pendant cette réunion, la délégation de Pax Christi International a évoqué avec l’EEAS la déclaration de l’Union Européenne de la veille au Conseil de Sécurité des Nations Unies par laquelle elle a réaffirmé sa position et aussi exprimé sa préoccupation vis-à-vis de l’augmentation significative des démolitions et confiscations de structures palestiniennes – y compris de projets financés par l’Union Européenne – en zone C.