05/4/2019

Pax Christi publie un manifeste européen à l’occasion des élections du 26 mai


À l’occasion des élections européennes, Pax Christi International a publié mardi 2 avril un manifeste européen. « L’Europe que nous voulons » incite les citoyens à choisir un projet fondé sur des valeurs de paix et de solidarité. Une première, qui vise aussi à faire réagir les têtes de liste.



Pax Christi publie un manifeste européen à l’occasion des élections du 26 mai

 

 

À l’occasion des élections européennes, Pax Christi International a publié mardi 2 avril un manifeste européen. « L’Europe que nous voulons » incite les citoyens à choisir un projet fondé sur des valeurs de paix et de solidarité. Une première, qui vise aussi à faire réagir les têtes de liste.

 

« L’Europe comme projet de paix, comme modèle de justice, [comme] terre d’humanité ». Les titres des principaux chapitres résument l’ambition du manifeste européen de Pax Christi International, publié mardi 2 avril sur le site de l’organisation. Intitulé « L’Europe que nous voulons », il vise à inciter les citoyens à voter aux élections européennes pour des candidats portant un projet de paix et de solidarité, et à interpeller les têtes de listes sur ces questions.C’est la première fois que ce mouvement catholique pour la paix, présent dans plus de cinquante pays et sur les cinq continents, publie ce genre d’appel. « Nous avons réussi à fédérer les Pax Christi de France, d’Autriche, des Pays-Bas, d’Irlande, de Flandres, d’Allemagne, d’Italie et du Portugal. Il y a un côté très symbolique dans cette cohésion », se félicite Alfonso Zardi, délégué de Pax Christi France et représentant de Pax Christi International au Conseil de l’Europe.

 

 

« L’Europe est une terre promise, mais la paix est menacée »

 

Articulé en six points, le texte invite son lecteur à la réflexion sur l’avenir de l’Union Européenne, « seule réponse [aux] populistes et aux nationalistes qui se font entendre avant les élections ». Pour Alfonso Zardi, il permet de sensibiliser au contexte actuel : « L’Europe est une terre promise, mais la paix est menacée. Le monde est traversé par des vents de guerre, menacé par un cataclysme climatique. Face à ces dangers, nous pensons que l’Union Européenne est encore capable de constituer un horizon. »

Les évêques européens appellent à « reconstruire la communauté en Europe »

Si le renforcement de la cohésion européenne est bien l’objectif à atteindre pour Pax Christi, l’organisation catholique s’autorise la critique. « En ce moment, les dirigeants se posent la question de mettre en place une éventuelle armée européenne. Nous ne cachons pas une certaine perplexité sur ce nouveau Fonds européen de défense. Nous aimerions qu’il y ait un débat éclairé sur cette question. Et pourquoi pas un programme de prévention et de formation à la paix plutôt ? », s’anime Alfonso Zardi.

 

 

Des demandes précises auxquelles sont invitées à réagir les têtes de liste

 

Réorientation des dépenses vers des objectifs de développement durable, promotion du désarmement nucléaire, garantie de l’adhésion des États au traité sur le commerce des armes, réglementation des activités de lobbying au sein des institutions ou encore renégociation du traité de Dublin dans le but de rendre la réglementation sur le droit d’asile plus juste, les orientations publiées par Pax Christi sont précises et nombreuses.

Ce rappel à la pensée fondatrice de Robert Schumann a été diffusé sur les sites de Pax Christi France et Pax Christi International, en anglais, français et italien. « La traduction en allemand est en cours, sourit le représentant de l’organisation. Dans les jours qui viennent, nous envisageons de transmettre le texte aux têtes de liste des élections européennes pour les faire réagir sur nos demandes. Nous publierons leurs réactions. »

 

Aux dernières élections européennes, en 2014, les partis eurosceptiques étaient sortis grands vainqueurs du scrutin. En France, le taux d’abstention avait atteint 56 %. Mais la palme revient à la Slovaquie, où seuls 13 % des citoyens s’étaient rendus aux urnes pour choisir leurs eurodéputés.

 

 © Sophie Maréchal, le 04/04/2019