09/1/2020

« Prions pour que les personnes de bonne volonté promeuvent ensemble la paix »


Chaque mois, le pape François confie aux fidèles une intention particulière. En ce mois de janvier, il invite les chrétiens, les autres croyants et les hommes et femmes de bonne volonté à promouvoir un monde de justice et de paix.



« Notre foi nous conduit à répandre les valeurs de paix, de coexistence, en faveur du bien commun ». Quelques jours après la Journée mondiale pour la Paix le 1er janvier dernier, le pape François exhorte tous les catholiques à prier pour la paix dans le monde. Pour cela, « la réconciliation et la fraternité entre tous les croyants ainsi qu’entre toutes les personnes de bonne volonté » sont essentielles. Selon lui, au milieu d’un monde divisé et fragmenté, « notre foi nous conduit à répandre les valeurs de paix, de coexistence, en faveur du bien commun ».

 

 

Pour le père Frédéric Fornos, directeur international du Réseau Mondial de Prière du Pape, le Saint-Père nous rappelle que toute guerre détruit le projet même de fraternité inscrit dans la vocation de la famille humaine. « Comment mettre un terme à cette méfiance ? se demande le Pape : en cherchant une vraie fraternité. La prière, nous dit François, suscite toujours des sentiments de fraternité, elle abat les barrières, dépasse les frontières, crée des ponts invisibles mais réels et efficaces, ouvre des horizons d’espérance ».

 

 

Le désir de paix inscrit dans le cœur de l’homme

 

Ce n’est pas la première fois que le Pape appelle à prier pour la paix et à la justice dans le monde. L’an dernier, à l’occasion de la présentation de ses vœux devant le corps diplomatique, il avait affirmé que « la paix n’est jamais un bien partiel, mais elle embrasse tout le genre humain ». Il y a quelques jours, dans son message pour la Journée mondiale de la paix, il avait souligné comment « nous devons poursuivre une fraternité réelle, basée sur la commune origine divine et exercée dans le dialogue et la confiance réciproques. Le désir de paix est profondément inscrit dans le cœur de l’homme et nous ne devons-nous résigner à rien de moins que cela. »

 

 

©Aleteia, 3 janvier 2020