- Pax Christi France - http://www.paxchristi.cef.fr/v2 -

Prix de la paix 2010 : Mgr Louis Sako

Le mouvement Pax Christi International décerne tous les ans un Prix de la paix. En 2010, c’est Monseigneur Louis Sako, archevêque chaldéen de Kirkouk (Irak) qui a été promu comme lauréat.

 

Mgr Louis Sako est un défenseur de premier plan des minorités menacées et un avocat ardent du processus difficile de démocratisation et de réconciliation en Irak. Il est un promoteur reconnu du dialogue interreligieux comme soubassement de la paix en Irak. Sa désignation est un signe qui veut exprimer notre confiance en l’avenir du Moyen-Orient, et encourager tous les acteurs de paix de cette contrée.

 

Le Prix a été remis à Mgr Sako le mercredi 8 décembre 2010 à 10 h 30 à la Maison des Evêques de France.

 

 

*****

Discours de Monseigneur Louis Sako

 

 

1. La Bonne Nouvelle de Jésus-Christ à l’humanité est un message « pratique » et non pas « théorique », elle répond à ses besoins.

 

Les hommes du passé, comme ceux d’aujourd’hui, souffrent de divisions, de conflits, voire de guerres. C’est pour cela que les Anges ont chanté la nuit de Noël : « Gloire à Dieu au plus haut des Cieux et Paix sur terre aux hommes qu’Il aime » (la version syriaque, dite Pshitta, dit : « Aux hommes qui espèrent ») (Luc 1, 14).

 

La paix du Christ consiste en cette annonce : « Dieu est votre Père et, vous tous, vous êtes frères ; vivez dans la paix et la joie du Royaume ».

 

Voilà pourquoi les chrétiens sont appelés à être des artisans de ce projet : « Heureux les artisans de paix car ils seront appelés fils de Dieu » (Mat 5, 9).

 

2. La paix est une exigence de l’ensemble de l’humanité et son véritable espoir, parce que, sans elle, il n’y a pas de vie, de liberté et de dignité.

 

Je viens d’un pays qui est martyrisé et d’une Eglise persécutée. Je sais ce qu’est la violence et la mort, la peur, la souffrance et la rechercher angoissée d’un refuge qui amène à l’expatriation. Il suffit de rappeler le carnage de la cathédrale Notre-Dame du Perpétuel Secours, à Bagdad, qui a fait un nombre considérable de morts ; parmi eux deux jeunes prêtres, et un grand nombre de blessés.

 

La paix est la base de tous les biens. La « Paix » est une bénédiction divine : n’est-elle pas chez les musulmans l’un des « Beaux Noms de Dieu » ?

 

Cette paix dans nos cœurs et dans nos pays nous aide à surmonter difficultés et obstacles, à accepter les différences et à respecter la diversité, au lieu d’effacer le différent.

 

3. Cette paix, il faut que nous la demandions dans la prière parce que c’est Dieu qui nous la donnera.

 

Elle est si profonde et intérieure que personne ne peut nous l’enlever.

 

Un homme qui prie ne peut pas être violent, égoïste ; il se souciera sans doute de la vie des gens et de leur bien-être.

 

Un homme de prière est ouvert, aimant, écoutant, généreux, pardonnant et collaborant ; il élargit les horizons pour inclure tout le monde, sans distinction, sans exclusion ou marginalisation.

 

4. La Paix, c’est le dessein de Dieu pour l’homme : comme l’unité, la vérité, la beauté, et l’amour.

 

Si nous acceptons ce dessein, nous serons dans la paix ; alors une véritable intimité sera réalisée entre nous en tant que frères.

 

5. La Paix grandit ; elle se développe, se propage lorsque le concept de coexistence entre les composants de la société s’enracine en nous, et que nous éloignons de nous toutes sortes de haine, d’hostilité ou de violence.

 

Aujourd’hui, les Irakiens sont appelés à une paix de réconciliation et d’amour, d’autant plus en ce moment où nous entrons dans le mois de Noël et que nos frères musulmans viennent de fêter « Al-Adha » (le Sacrifice). Deux célébrations qui sont un temps fort de prière et de conversion. Et peut-être les chrétiens de partout ont besoin aujourd’hui de se « recycler » spirituellement dans leur christianisme et leur engagement au contact des chrétiens persécutés.

 

J’espère que les sept années maigres sont passées et que le sang de fidèles martyrs aboutira, j’en suis persuadé, pour le plus grand bien de l’Irak et que les Irakiens pourront jouir bientôt, comme vous en Occident, de la paix et de la stabilité.

 

Pour conclure, je voudrais remercier de tout cœur l’association Pax Christi International pour ce prix qui est « pour tous les Irakiens ».

 

Je remercie son Excellence Mgr Marc Stenger d’être si proche de nous pendant ces années d’épreuve, ainsi que pour toute la solidarité de Pax Christi. Mgr Stenger est venu deux fois en Irak, et à Kirkuk, présidant une délégation de Pax Christi, cela afin de nous encourager à espérer et à persévérer.

 

Je vous promets de tout faire pour propager une « Culture de Dialogue et de Paix »

 

 

 

Paris, le 8 décembre 2010

 

 

+ Louis Sako

Archevêque de Kirkouk en Irak

 

Share

© Pax Christi France.