03/9/2015

Responsables religieux et acteurs de la société civile réunis pour réfléchir à l’éradication de la violence faite aux enfants


La vision d’un monde meilleur pour les enfants, où ceux-ci seraient protégés de la violence et des abus sexuels au sein de leur famille, à l’école et dans leur communauté, a été affirmée avec détermination par les représentants et représentantes d’organisations religieuses et laïques lors d’un forum qui s’est tenu le 27 août 2015 à Genève en Suisse. Le thème du forum, “Idéaux religieux et réalité : la responsabilité des dirigeants dans la prévention de la violence faite aux enfants”, a été abordé sous divers angles religieux.



La vision d’un monde meilleur pour les enfants, où ceux-ci seraient protégés de la violence et des abus sexuels au sein de leur famille, à l’école et dans leur communauté, a été affirmée avec détermination par les représentants et représentantes d’organisations religieuses et laïques lors d’un forum qui s’est tenu le 27 août à Genève (Suisse).

 

Accueillie par le Conseil œcuménique des Églises (COE) au Centre œcuménique, la rencontre était organisée par Arigatou International, organisation non gouvernementale d’inspiration religieuse, et ECPAT International, réseau mondial d’organisations de la société civile se consacrant exclusivement à l’éradication de l’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales.

 

Le thème du forum, « Idéaux religieux et réalité : la responsabilité des dirigeants dans la prévention de la violence faite aux enfants », a été abordé sous divers angles religieux.

 

L’une des intervenantes était Isabel Apawo Phiri, secrétaire générale associée du COE, qui a présenté un point de vue chrétien sur la question de la violence faite aux enfants. Dans son exposé, elle a affirmé que l’Église est en position de provoquer la transformation. « La religion chrétienne a entre ses mains le message et l’autorité pour s’attaquer à la violence faite aux femmes et aux enfants », a-t-elle dit.

 

« Une majorité d’enfants continuent de confier leurs secrets à l’Église. L’Église a donc la capacité de nouer le dialogue avec les enfants victimes d’abus et avec les auteurs d’abus en offrant ses conseils et son appui spirituel. On pourra ainsi, grâce à des campagnes, faire des foyers, des écoles et des églises des espaces protégés », a déclaré Isabel Phiri.

 

Dans un discours, le pasteur Keishi Miyamoto, président d’Arigatou International, a insisté sur le fait qu’il était important que les communautés religieuses et la société civile travaillent ensemble à l’éradication de la violence faite aux enfants. « S’il y a une chose que nous ne pouvons tout simplement pas supporter, en particulier en tant que responsables religieux, c’est que des enfants, chaque jour aujourd’hui encore, subissent des violences intolérables », a-t-il déclaré.

 

« Il n’y a tout simplement pas de sujet plus urgent que celui-ci. »

 

Pour le pasteur Miyamoto, ce forum offre aux organisations religieuses et aux acteurs de la société civile une chance d’examiner ensemble quelles sont les options pour mobiliser leur large base de partisans dans le but de mettre fin à la violence contre les enfants.

 

Les participants au forum ont par ailleurs étudié diverses possibilité de collaboration, par exemple dans le cadre d’initiatives visant à changer les normes sociales qui contribuent à la violence faite aux enfants, ou en se mobilisant en faveur de lois et de structures permettant de protéger les enfants à l’échelle nationale.

 

Au nombre des intervenants au forum figuraient Susan Bissell, directrice du Partenariat mondial pour l’éradication de la violence faite aux enfants, UNICEF ; John Carr, conseiller principal sur les questions concernant les enfants et Internet, ECPAT International ; Heidi Hadsell, présidente du Séminaire de Hartford (Connecticut, États-Unis) ; Michael Moran, directeur adjoint de la section de lutte contre la traite des êtres humains et l’exploitation des enfants, Interpol ; la rabbine Diana Gerson, directrice de programme, Conseil des rabbins de New York ; le cheikh Khaled Bentounes, maître soufi de l’Association internationale soufie Alawiyya et fondateur des Scouts musulmans de France ; le rabbin Marc Raphaël Guedj, ancien grand rabbin de Genève et directeur de la Fondation racine et sources ; le professeur Anantanand Rambachan, spécialiste de l’hindouisme et président du Conseil d’Arigatou International-New York.

 

La religieuse bouddhiste Ani Choying Drolma a offert des réflexions spirituelles et des chants de prière pendant le forum.

 

 

 

Naveen Qayyum

© Source : Conseil œcuménique des Eglises. 31 août 2015 (version française : 3 septembre 2015)

Crédit photo : La secrétaire générale associée du COE Isabel Apawo Phiri s’exprimant lors d’un forum sur la violence faite aux enfants, Centre œcuménique, Genève.