19/11/2014

Terre Sainte : appel à prendre des décisions courageuses pour la paix


Le mardi 18 novembre au matin, une synagogue de Jérusalem a fait l’objet d’une attaque au cours de laquelle quatre juifs en prière ont été sauvagement tués, huit ont été blessés. Le Patriarche Fouad Twal, et son vicaire à Jérusalem, Mgr Shomali, inquiets de l’aggravation de la situation, condamnent fermement la violence et appellent à trouver d’urgence une solution politique. Le pape François appelle les parties impliquées dans le conflit en Terre Sainte à prendre des décisions courageuses pour la réconciliation et la paix.



Préoccupation du pape pour la montée de la tension à Jérusalem

 

 

Le pape François appelle les parties impliquées dans le conflit en Terre Sainte à prendre « des décisions courageuses pour la réconciliation et la paix » : « Construire la paix est une tâche difficile, mais vivre sans paix est un tourment ».

 

Au terme de l’audience générale de ce mercredi matin, 19 novembre 2014, place Saint-Pierre, le pape a en effet évoqué la situation de Jérusalem lors des salutations en italien : la Ville Sainte subit une escalade de la violence, depuis l’enlèvement de trois jeunes Israéliens, le 12 juin.

 

Israéliens et Palestiniens sont tombés dans un cycle d’attaques et de représailles, notamment à Jérusalem-Est, qui est le théâtre d’émeutes, d’arrestations et d’actes de violences.

 

« Je suis avec préoccupation la montée alarmante de la tension à Jérusalem et dans d’autres zones de la Terre Sainte, avec des épisodes inacceptables de violence qui n’épargnent même pas les lieux de culte », a déclaré le pape François.

 

Hier, 18 novembre, un attentat contre la synagogue Kehilat-Yaakov dans le quartier d’Har Nof, à Jérusalem-Ouest, a fait cinq victimes.

 

Il a assuré de sa « prière particulière » pour « toutes les victimes de cette situation dramatique et pour tous ceux qui en souffrent les conséquences ».

 

« Du plus profond du cœur, j’adresse un appel aux parties impliquées afin que l’on mette fin à la spirale de haine et de violence et pour que soient prises des décisions courageuses pour la réconciliation et la paix. Construire la paix est une tâche difficile, mais vivre sans paix est un tourment ! », a ajouté le pape.

 

 

© Source : Zenit. 19 novembre 2014

 

 

 

*****

Le Patriarcat latin condamne

l’escalade de la violence à Jérusalem

 

 

Le mardi 18 novembre au matin, une synagogue de Jérusalem a fait l’objet d’une attaque au cours de laquelle quatre juifs en prière ont été sauvagement tués, huit ont été blessés dont quatre grièvement. Les deux agresseurs ont été tués sur le champ. La veille, un chauffeur de bus palestinien avait été retrouvé pendu dans un bus israélien. Le Patriarche Fouad Twal, et son vicaire à Jérusalem, Mgr Shomali, inquiets de l’aggravation de la situation, condamnent fermement la violence et appellent à trouver d’urgence une solution politique.

 

« Nous sommes profondément attristés par l’escalade de la violence à Jérusalem » soulignait ce matin Mgr Shomali. « Nous condamnons tout acte de violence et nous appelons les Israéliens et les Palestiniens au respect mutuel, et à travailler ensemble pour que soit trouvée une solution politique au conflit. Ce cercle vicieux de violences, de vengeances, et de représailles nuit gravement au processus de paix. »

 

Quant au Patriarche latin de Jérusalem, sa Béatitude Fouad Twal, il a affirmé « condamner la violence, ainsi que les causes qui mènent à la violence ». Il a appelé  à continuer inlassablement la recherche de la paix par une juste solution politique en s’attaquant aux racines profondes du conflit. « Il ne faut pas donner de chance aux extrémistes, ni leur laisser le dernier mot. »

 

Une visite des chefs religieux chrétiens de Jérusalem à la Synagogue de Har Nof est prévue demain, en signe de solidarité pour les victimes et leurs familles.

 

 

 

Myriam Ambroselli

© Source : Patriarcat latin de Jérusalem. 18 novembre 2014