27/11/2015

Un avenir de paix dépend de la justice climatique




Pax Christi International

 

Un avenir de paix dépend de la justice climatique 

 

Communiqué de Pax Christi International sur la COP21

– 27 Novembre 2015-  

 

 

Des milliers de personnes du gouvernement, de l’industrie, des organisations intergouvernementales et de la société civile sont attendus aux réunions et activités au cours de la conférence sur le changement climatique de l’ONU (COP21), qui a lieu du 30 Novembre au 11 Décembre 2015 à Paris. 

 

Le Mouvement catholique mondial pour le climat (GCCM)[1], dont Pax Christi International est membre, a recueilli plus de 800.000 signatures sur sa pétition pour le climat, et qui doit être rendu le 28 Novembre aux dirigeants mondiaux présents le jour de la COP21. La pétition, inspirée par les paroles de François dans Laudato Si’, exhorte les dirigeants à réduire radicalement les émissions de carbone.

 

Pax Christi International ainsi que ses organisations membres croient fermement que les abus flagrants des ressources naturelles et les dégradations de l’environnement contribuent de manière significative à l’instabilité et les conflits dans le monde entier. Dans cette perspective, nous voulons que la COP21 soit traitée comme une conférence de paix; si des décisions fortes et efficaces sont prises à Paris, un avenir de paix est possible.[2]

 

Des marches à l’appui des résultats définitifs de la COP21 ont été organisées et cela se tiendra le 29 Novembre dans plus de 2000 villes à travers le monde. Malheureusement, la marche qui devait avoir lieu a Paris, et qui était censée être le plus grande, a été annulée par le gouvernement français, après les attaques terroristes du 13 Novembre.

 

Nous ne pouvons pas laisser la terreur changer le sujet de la COP21. Avec les guerres de ressources et l’instabilité climatique qui mènent à la migration, l’objectif du sommet doit être de créer les conditions d’une paix durable. Les délégués doivent être d’accord sur des engagements juridiquement contraignants pour garder des réserves de fossiles combustibles dans le sol; les pays en sous-développement doivent recevoir des fonds pour faire face au changement climatique; et ceux qui migrent en raison du changement climatique doit faire respecter leurs droits.[3]

 

Pax Christi International estime que le Fonds Vert pour le Climat (GCF)[4] peut être un soutien important pour de nombreux pays qui manquent de ressources pour engager un faible taux d’émission et de développement résilient au changement climatique. Cependant, malgré les pays riches acceptant de donner au Fonds Vert pour le Climat la somme de  100 milliards de dollars par an d’ici 2020, le niveau d’aide actuel est de seulement de 1,5 milliards dollars par an. Comparez cela avec plus de 1000000000000 $ qui est dépensé sur les systèmes d’armes et la puissance militaire en un an[5] – le contraste des priorités est criant.

 

Pax Christi International reconnaît la crainte concernant les grands rassemblements publics à l’heure actuelle; même si des millions de personnes dans le monde vivent dans des zones de guerre active et où l’insécurité règne, beaucoup plus d’attention est accordée lorsque des attaques violentes se produisent dans des espaces qui jusque-là avaient été « sûrs ». Mais est-il possible pour les décideurs de la COP21 d’écouter, de reconnaître et de répondre aux demandes emphatiques de la société civile, si les actes  de la société civile sont réduits au silence ?

 

Avec l’interdiction de manifester dans les rues de Paris, d’autres efforts visant à sensibiliser et à exiger des résultats doivent être réalisés ; nos voix doivent devenir plus fortes. La possibilité d’avoir un avenir paisible est tributaire de la justice climatique à présent.

 

 

 

© Pax Christi International 2015