02/10/2015

Une chapelle de la réconciliation au ‘Mémorial du mur de Berlin’


Le 3 octobre 2015 marque le 25ème anniversaire de l’unification de l’Allemagne en 1990. C’est un pasteur protestant, Manfred Fischer, qui a fait campagne pour la préservation des vestiges du Mur de la Bernauer Strasse, qui forment le cœur du “Mémorial du mur de Berlin”. Sur ce no man’s land d’alors entre est et ouest, devenu aujourd’hui un parcours pour des milliers de visiteurs chaque année, on trouve aussi une chapelle de la réconciliation.



Le 3 octobre 2015 marque le 25ème anniversaire de l’unification de l’Allemagne en 1990.

 

La révolution pacifique de l’automne 1989 dans la République démocratique allemande d’alors a fait chuter le régime communiste et ouvert la voie vers des élections libres. Berlin, aujourd’hui capitale de l’Allemagne unifiée, est restée divisée entre des blocs antagonistes pendant presque 41 ans, dont 28 ans – de 1961 à 1989/90 – coupée en deux par un mur de briques et de béton.

 

Dans un premier temps, la ville de Berlin semblait vouloir oublier le mur, ses fondements oblitérés par des centres commerciaux et des chantiers d’une nouvelle Allemagne. Mais en 1998, le 13 août 1998 (jour de la construction du mur en 1961),  un  « Mémorial du mur de Berlin » a été inauguré au Bernauer Strasse, l’ancienne frontière entre les secteurs Berlin Ouest et Berlin Est. 

 

C’est un pasteur protestant, Manfred Fischer, qui a fait campagne pour la préservation des vestiges du Mur de la Bernauer Strasse, qui forment le cœur de ce mémorial. Sur ce no man’s land d’alors entre est et ouest, devenu aujourd’hui un parcours pour des milliers de visiteurs chaque année, on trouve aussi une chapelle de la réconciliation. La chapelle porte le nom de l’ancien temple protestant – L’Église de la Réconciliation.

 

Au moment de la construction du mur de Berlin, le temple se trouvait juste derrière le mur à l’est et la plupart des paroissiens à l’ouest. L’édifice,  situé en milieu de la zone frontière, était fermé et, en 1985, démoli par les autorités est-allemandes. Mais la chute du mur en 1989 marqua un nouveau tournant pour la paroisse de la Réconciliation qui avait ainsi été privée de son lieu de culte pendant de longues années.

 

Avec le pasteur Fischer, la paroisse de Berlin-Ouest prit rapidement conscience qu’elle avait aussi une responsabilité face à l’Histoire, et pour la guérison des mémoires. On s’interrogea sur le profil de l’église qui allait reprendre place à la Bernauer Strasse, d’autant plus que la paroisse disposait à nouveau des cloches et de l’autel d’origine de l’église de la Réconciliation.

 

La Chapelle de la Réconciliation est le résultat de ce processus : sous la direction de l’artiste autrichien Martin Rauch, une construction moderne en pisé est érigée sur les fondations de l’ancienne église, permettant ainsi aux cloches et à l’autel d’origine de retrouver leur place d’antan.

 

La chapelle a été inaugurée le 9 Novembre 2000, le 11ème anniversaire de la chute du mur. C’est le premier bâtiment public construit en argile depuis plus de 150 ans en Allemagne. Dans l’argile, des morceaux de pierre et même de verre provenant des décombres de l’ancienne église sont visibles.

 

La chapelle rassemble modernité architecturale, souci écologique et préservation du souvenir. Elle fait partie de la Communauté de la « Croix des clous » de la cathédrale de Coventry : un symbole mondial de réconciliation et de paix. Des champs de seigle entourent la chapelle. Là où auparavant il y avait des barbelés, on récolte le seigle chaque année pour en faire du pain.

 

Les cultes sont célébrés chaque dimanche sur le lieu où autrefois les gardes-frontière est-allemands surveillaient le mur. Un moment de recueillement pour la paix et pour les victimes du mur de Berlin se tient les jours de la semaine à midi.

 

 

 

Stephen Brown et Jane Stranz

(à partir des informations die Versöhnungsgemeinde)

© Source : Fédération protestante de France. 2 octobre 2015

Crédit photo : © Jane Stranz – La croix de clous de Coventry dans la chapelle de la réconciliation à Berlin