- Pax Christi France - http://www.paxchristi.cef.fr/v2 -

Des voix se lèvent de toutes les confessions pour demander : halte à la bombe !

Des voix se lèvent de toutes les confessions pour demander : halte à la bombe !

A l’occasion du 75e anniversaire de la première et seule utilisation de la bombe atomique durant un conflit (Hiroshima et Nagasaki, 6 et 9 août 1945) 189 mouvements, associations, églises et communautés religieuses et confessionnelles du monde entier signent un appel aux gouvernements à renoncer une fois pour toutes à l’arme atomique. Pax Christi France qui, tout comme les autres Pax Christi d’Europe, a signé cet appel, s’engage à le porter à la connaissance de nos gouvernants, et à les interpeller sur les suites que ceux-ci entendent lui donner : plus jamais ça !

Voici la Déclaration :

 

Déclaration interconfessionnelle commune sur le 75e anniversaire des bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki

6 août 2020

En tant que large coalition de communautés confessionnelles du monde entier, nous nous sommes engagés à parler d’une seule voix qui rejette la menace existentielle que représentent les armes nucléaires pour l’humanité. Nous réaffirmons que la présence d’une seule arme nucléaire viole les principes fondamentaux de nos différentes traditions religieuses et menace la destruction inimaginable de tout ce qui nous est cher. Les armes nucléaires ne sont pas seulement un risque futur, leur présence ici et maintenant sape les fondements éthiques et moraux du bien commun. Nous demandons votre engagement en faveur d’un monde plus pacifique, plus sûr et plus juste, un monde qui n’est possible qu’avec l’élimination des armes nucléaires.

Août 2020 marque le 75e anniversaire des attaques nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki, des attaques qui ont dévasté ces villes faisant jusqu’à 213 000 morts à la fin de 1945 et beaucoup d’autres dans les années suivantes. Les attaques ont infligé des douleurs et des souffrances atroces à l’homme et à l’environnement.

Nous sommes reconnaissants pour les hibakusha mondiales, les survivants, qui ont courageusement témoigné, souvent face à l’intimidation et à la tragédie récurrente de la mort et de la maladie. Notre courage se doit d’être l’égal de celui des survivants. Nous devons abolir les armes nucléaires pour toujours.

Nous déplorons le racisme et le colonialisme qui ont poussé les États dotés d’armes nucléaires à tester leurs armes sur les communautés qu’ils jugeaient consommables, des vies loin des leurs, des vies qui comptaient moins, des vies qui ont été volées à la poursuite d’un pouvoir destructeur réservé à quelques-uns. Nous reconnaissons l’immense souffrance, l’oppression et l’exploitation auxquelles sont confrontées les communautés autochtones du monde entier dont les corps, les terres, les eaux et l’air ont servi de terrain d’essai aux ambitions de ceux qui dominent avec force.

Peu de ceux qui croient en la notion malhonnête de dissuasion nucléaire ont été témoins ou ont vécu la dévastation de ces armes dans leurs propres communautés. Après soixante-quinze ans, nous pouvons voir que les armes nucléaires n’ont pas mis fin à la guerre. Les armes nucléaires ne créent pas la paix, mais elles intensifient le fléau et la menace de la guerre dans notre monde, nos vies et nos communautés. Parce qu’elles sont conçues pour provoquer des destructions massives et aveugles, parce qu’elles siphonnent les précieuses ressources nécessaires pour répondre aux besoins humains et protéger notre planète commune, et parce qu’elles appliquent et soutiennent un système mondial basé sur la domination et la violence sans fin, l’existence d’armes nucléaires contredit fondamentalement les principes de tout système moral, religieux et éthique qui valorise la vie.

Alors que beaucoup de nos vies et de nos imaginations sont peut-être très éloignées des souvenirs de « l’enfer sur terre » et de l’héritage des impacts environnementaux, des destructions de la santé et des traumatismes causés par une explosion nucléaire, les impacts de la crise sanitaire mondiale actuelle nous ont donné à tous un aperçu de la façon dont la vie changerait en cas d’explosion nucléaire. A l’instar de la pandémie de COVID-19, les conséquences pour la santé, l’environnement et l’économie ne sauraient être contenues dans le temps ou dans l’espace. Les essais et les accidents nucléaires ont révélé que les radiations se propagent dans l’atmosphère, les océans, les plantes, les animaux et des populations humaines entières. Nos économies, nos chaînes de production et notre capacité à cultiver des aliments seraient gravement perturbées.

Nombreux sont celles et ceux qui ont relégué les histoires des horreurs de cette époque à un passé lointain — des histoires qui ressortent quand certains dirigeants jugent nécessaire de rappeler à leurs citoyens ce que d’autres pourraient leur faire s’ils renoncent à leurs propres capacités nucléaires. Mais nous n’oublierons ni n’ignorerons le puissant témoignage des personnes touchées par le développement, les essais et l’utilisation d’armes nucléaires. Nous nous engageons à mettre fin à jamais aux armes nucléaires pour honorer les hibakusha mondiales et à épargner à nos enfants, nos petits-enfants et aux générations futures l’expérience de ce qu’elles ont souffert. Alors que nous construisons un monde où l’égalité, la paix et la justice sont abondantes pour tous, il n’y a pas de place pour les armes nucléaires dans notre avenir commun.

Malgré les engagements pris, y compris en vertu du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), les États dotés d’armes nucléaires ont continué de maintenir et de développer leurs arsenaux nucléaires, tandis que d’autres États ont travaillé à leur acquisition.

Malgré notre conscience lucide des dangers du moment présent, nous sommes unis dans notre croyance inébranlable que le changement pour le bien est possible, dans les vies individuelles et dans notre monde. Nous savons qu’aux moments les plus dangereux et les plus menaçants, les êtres humains sont capables de coopérer, de faire œuvre de créativité pour résoudre les problèmes et de se faire mutuellement confiance. En effet, l’existence du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) lui-même réaffirme cet espoir. Le TNP est né d’un moment où les craintes au sujet de la guerre nucléaire et de la méfiance étaient à leur apogée, et il a agi comme un phare pour rappeler aux nations que la collaboration internationale était possible et que la sécurité de chaque nation n’exige pas l’insécurité des autres, mais dépend plutôt de la sécurité de tous. Nous nous retrouvons à nouveau dans un moment où la réaffirmation des normes internationales et l’adoption de la promesse ultime du TNP — l’abolition — doivent être réalisées.

En 2017, cet objectif d’abolition est presque devenu réalité lorsque l’ONU a adopté le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, appelant à l’élimination complète de toutes les armes nucléaires. Une fois que 50 États l’auront ratifié, il entrera en vigueur.

Nous exhortons nos gouvernements à profiter de l’occasion du 75e anniversaire de la seule occasion où des armes nucléaires ont été utilisées dans des conflits, pour veiller à ce qu’elles ne soient plus jamais utilisées en aucune circonstance. Nous appelons tous les États à se joindre à la communauté croissante d’États qui ont rejeté entièrement les armes nucléaires. Nous vous demandons de ratifier le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires.

Pour voir  la liste des signataires:

https://docs.google.com/document/d/1unFSdMyyVxtq8tHCxjaOiKgAUqf0hsjE4r8JGo8XUvU/edit

 

 

Share

© Pax Christi France.