10/12/2018

Il y a 70 ans …


Photo: Stringer Agence France-Presse La Déclaration universelle des droits de l’homme a été adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies à Paris il y a 70 ans, soit le 10 décembre 1948.     Il y a 70 ans, soit le 10 décembre 1948, la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH) était adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies […]



Photo: Stringer Agence France-Presse La Déclaration universelle des droits de l’homme a été adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies à Paris il y a 70 ans, soit le 10 décembre 1948.

 

 

Il y a 70 ans, soit le 10 décembre 1948, la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH) était adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies à Paris. Le texte affirme la reconnaissance des droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels, tout comme il reconnaît à son article 28 que « Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet ». L’adoption de la DUDH a été suivie en 1966 de l’adoption de deux traités contraignants : le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Aujourd’hui, ce sont neuf traités qui constituent ce qu’on désigne comme le régime universel des droits de la personne.

 

Composée de 30 articles, la Déclaration proclame l’égalité en dignité et en droits de toutes les personnes, sans distinction de race, de sexe, de langue, de religion ou d’opinion politique. Elle affirme notamment le droit à la vie et à la sécurité et condamne la servitude et l’esclavage, la torture et les châtiments inhumains. Elle affirme le droit à la reconnaissance pour chacun de sa personnalité juridique, le droit à ne pas être incarcéré de manière arbitraire ou exilé, le droit à la propriété, au travail, à un niveau de vie suffisant et à l’éducation.

 

Ces droits forment un tout et ne peuvent se penser de manière isolée les uns des autres. Ils sont les piliers des institutions démocratiques contemporaines. Rien ne permet toutefois de croire qu’il s’agit d’acquis définitifs. Partout, le respect et l’existence mêmes des droits exigent une vigilance constante, et nous sous-estimons leur importance dans notre vie quotidienne : difficile de penser le droit d’être représenté par un avocat ou le droit à l’éducation publique gratuite, sans référence aux droits de la personne. Les luttes actuelles contre le harcèlement et contre le racisme systémique s’appuient sur ces mêmes droits.