29/10/2014

En France, création d’un Comité catholique d’accueil des réfugiés chrétiens d’Orient


Un Comité Catholique d’Accueil des Réfugiés Chrétiens d’Orient vient d’être lancé sous l’égide de la Conférence des évêques de France par le biais du secrétariat du Conseil de la solidarité et de l’Ordinariat des catholiques orientaux en France, avec des associations catholiques. L’Eglise Catholique en France, bien qu’elle encourage les chrétiens d’Orient présents dans la région depuis les débuts du christianisme à rester dans les pays dont ils sont citoyens, souhaite accompagner ceux qui arrivent en France dans les meilleures conditions possibles.

Share


Accompagner les demandeurs d’asile et les réfugiés irakiens et syriens

 

 

Soutenir l’accompagnement social et humain des demandeurs d’asile et réfugiés irakiens et syriens : c’est la vocation du Comité Catholique d’Accueil des Réfugiés Chrétiens d’Orient (CCARCO) qui vient d’être lancé par l’Eglise catholique en France qui publie ce communiqué.

 

Sous l’égide de la Conférence des évêques de France (CEF) par le biais du secrétariat du Conseil de la solidarité et de l’Ordinariat des catholiques orientaux en France, il mobilise ensemble l’Ordre de Malte-France, le Secours catholique-Caritas France, l’Ordre du Saint-Sépulcre-France, l’Œuvre d’Orient, l’AED France, les Apprentis d’Auteuil, le CCFD Terre-Solidaire, le Secrétariat général de l’Enseignement catholique-France, la Direction de l’enseignement catholique de Paris.

 

Les évènements survenus en Syrie et en Irak ont conduit l’État français à favoriser l’accueil de réfugiés issus de ces deux pays. L’Église Catholique en France tient à rappeler que de nombreuses personnes persécutées de toutes confessions attendent d’être accueillies par la France. L’Eglise Catholique en France, bien qu’elle encourage les chrétiens d’Orient présents dans la région depuis les  débuts du christianisme à rester dans les pays dont ils sont citoyens, souhaite accompagner ceux qui arrivent en France dans les meilleures conditions possibles. 

 

C’est dans cette optique que des organismes, membres du Conseil national pour la solidarité de  l’Église en France, coordonnent leurs actions pour répondre aux besoins d’information des  communautés chrétiennes investies dans l’accueil des réfugiés : ainsi est né le CCARCO, Comité Catholique d’Accueil des Réfugiés Chrétiens d’Orient.

 

La présidence du CCARCO est assurée par le vicaire général pour les Églises orientales en France,  Mgr Pascal Gollnisch. Doublement concerné par le sort des chrétiens d’Orient, ce dernier, également  directeur général de l’Œuvre d’Orient -qui aide les chrétiens sur place, est à l’initiative du projet : « Personne ne quitte sa maison, sa terre, ses racines de gaité de cœur. Ces familles qui arrivent sont  restées fidèles à leur foi, nous nous devons de les accompagner dans ce douloureux parcours. Les  chrétiens de France font preuve d’un formidable élan de générosité et d’un véritable sens de l’accueil. Le  CCARCO va permettre de coordonner ces initiatives. Il favorisera aussi les relations avec les pouvoirs publics. Cela ne doit pas nous empêcher de multiplier nos efforts pour la paix. »

 

Le CCARCO a pour rôle de permettre une concertation et une information entre ses membres sur  les dispositifs mis en œuvre par les pouvoirs publics et sur la façon dont chacun peut utilement les  compléter : hébergement, soutien aux enfants, apprentissage du français, etc. Il reçoit les propositions d’aide adressées par les particuliers ou les associations et tente de les faire correspondre aux demandes.

 

Les membres du CCARCO apportent une aide complémentaire au dispositif mis en place par le Gouvernement, sans se substituer aux responsabilités de celui-ci, en facilitant un suivi personnalisé tout au long du processus d’intégration par la transmission des informations utiles aux réfugiés et aux  organismes impliqués dans cette démarche. 

 

Les membres du CCARCO sont au service des demandeurs d’asile et réfugiés, chrétiens ou non, afin de leur fournir un accompagnement social et humain tout au long du processus : du départ de leur pays d’origine jusqu’à leur intégration ou leur retour, pour faciliter leur insertion. Ils veillent à ce que les familles soient accueillies dans des conditions décentes, qu’elles ne soient pas séparées et restent proches de leur communauté religieuse.

 

Les chrétiens de France sont invités à accompagner leurs frères orientaux par la prière, leur soutien moral, fraternel et toute autre forme d’aide.

 

 

 

© Source : Zenit. 29 octobre 2014

 

Share