05/7/2014

Pape François au Molise : La dignité de l’homme au centre de tout


“Il est nécessaire de mettre la dignité de la personne humaine au centre de chaque perspective et de chaque action”. Le Pape François, lors de la messe célébrée le 5 juillet 2014 dans le stade de Campobasso, capitale du Molise, au centre-sud de l’Italie, est revenu dans son homélie sur les deux dimensions de l’Eglise : “un peuple qui sert Dieu et peuple qui vit dans la liberté donnée par Lui”. Dans sa réflexion, le Pape explique la dimension de la charité inhérente à l’Eglise et à ses membres.

Share


« Il est nécessaire de mettre la dignité de la personne humaine au centre de chaque perspective et de chaque action ». Le Pape François, lors de la messe célébrée ce samedi matin dans le stade de Campobasso, capitale du Molise, au centre-sud de l’Italie, est revenu dans son homélie sur les deux dimensions de l’Eglise : « peuple qui sert Dieu et peuple qui vit dans la liberté donnée par Lui ». Dans sa réflexion livrée aux 21 000 fidèles réunis dans le stade, le Pape explique la dimension de la charité inhérente à l’Eglise et à ses membres.

 

S’il est une dimension existentielle de l’Eglise, c’est bien celle de la charité. Et il y en a besoin « dans les situations de précarité matérielle et spirituelle, spécialement celles liées au chômage ». Après s’être adressé au monde du travail un peu plus tôt dans la matinée, le Pape a insisté sur la « responsabilité des institutions, du monde de l’entreprise et de la finance » dans ce domaine. La dignité de la personne humaine doit être au centre a-t-il affirmé. « Les autres intérêts, même si légitimes, sont secondaires car la personne humaine a été créée à l’image de Dieu. »

 

Au niveau ecclésial, cette charité pousse l’Eglise à s’occuper « des situations qui en ont le plus besoin, à être attentionnée envers les petits et les exclus », dans les cadres familial, paroissial et professionnel. « Le témoignage de la charité est la meilleure voie pour l’évangélisation » rappelle le Pape qui explique qu’ainsi, « la communauté chrétienne cherche à diffuser dans la société ce supplément d’âme qui permet de regarder au-delà et d’espérer ».

 

L’autre dimension de l’Eglise, est celle de la liberté que Dieu lui a donné, liberté qui la libère « du péché, de l’égoïsme dans toutes ses formes ; la liberté de se donner et de le faire avec joie ». Et d’exhorter les fidèles à « se servir », car ainsi, « le Seigneur nous libère de l’ambition et des rivalités qui minent l’unité de la communion. Il nous libère aussi de la méfiance et de la tristesse », si « dangereuse » car elle nous abat complètement. C’est donc une invitation à la joie que le Pape a livré malgré les épreuves.

 

 

© Source : Radio Vatican. 5 juillet 2014

 

 

 

*****

“La charité est la voie royale de l’évangélisation”

 

 

 Le témoignage de la charité est la voie royale de l’évangélisation », affirme le pape François qui exhorte l’Église à « insuffler dans la société ce “supplément d’âme” qui permet d’espérer ».

 

Invitant particulièrement à combattre « la plaie du chômage », le pape appelle à « mettre la dignité de la personne humaine au centre de toute perspective et de toute action. Les autres intérêts, bien que légitimes, sont secondaires ».

 

Le pape François était aujourd’hui en visite pastorale à Campobasso et Isernia, dans le Molise – centre-est de l’Italie – ce samedi 5 juillet 2014. Parti aux environs de 7h45 de l’héliport du Vatican, le pape a atterri à 8h30 à l’Université du Molise à Campobasso, où il a rencontré le monde du travail et de l’industrie.

 

Puis il s’est rendu à l’ancien stade Romagnoli à Campobasso, où l’attendaient quelque 80.000 personnes pour la célébration de l’eucharistie, qui a commencé à 10h sous un grand soleil. L’autel fleuri, entouré d’oliviers, avait été dressé sous une hutte de bois vert. Sur les balcons des immeubles entourant le stade, étaient suspendues des bannières sur lesquelles on pouvait lire : “Merci pour ton sourire”, “grâce à Dieu tu es avec nous” ou encore “Sainteté, tu nous confirmes dans la foi”.

 

Durant son homélie, le pape a souligné « deux aspects essentiels de la vie de l’Église : un peuple qui sert Dieu et un peuple qui vit dans la liberté donnée par Dieu ».

 

Le service de Dieu se réalise notamment « dans la prière et l’adoration » mais aussi « dans l’annonce de l’Évangile et le témoignage de la charité », a-t-il expliqué : la « voie privilégiée pour servir Dieu » est en effet de « servir les frères qui sont dans le besoin » et ce « dans les réalités ordinaires, en famille, en paroisse, au travail, avec les proches… ».

 

« L’Église a toujours été “en première ligne” » en ce domaine, « par sa présence maternelle et fraternelle », partageant « les difficultés et les fragilités des gens, insufflant dans la société ce “supplément d’âme” qui permet d’espérer », a poursuivi le pape en affirmant : « Le témoignage de la charité est la voie royale de l’évangélisation. »

 

Il a souligné l’urgence de cet engagement au service des autres, « face aux situations de précarité matérielle et spirituelle, spécialement face au chômage, une plaie qui demande tous les efforts et du courage de la part de tous ».

 

« Le défi du travail interpelle de façon particulière la responsabilité des institutions, du monde des entreprises et financier », a insisté le pape qui a appelé à « mettre la dignité de la personne humaine au centre de toute perspective et de toute action. Les autres intérêts, bien que légitimes, sont secondaires ».

 

L’Église est aussi « un peuple qui expérimente la liberté que Dieu donne » : libérée « du péché, de l’égoïsme sous toutes ses formes, des ambitions et des rivalités, du découragement, de la tristesse qui ‘fait sombrer’, de la peur, du vide intérieur, de l’isolement, du regret, des plaintes », l’Église vit « la liberté de se donner et de le faire avec joie », a ajouté le pape.

 

 

 

© Source : Zenit. 5 juillet 2014

Share